Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par elsapopin

Ode au vieillard

Tôt le matin

frais habillé
il fait le tour de son quartier
plein soleil nuage étouppé
sac de prisu
pain entier
auquel il mord à plein dentier
frêle enfant couvé
par ses mères d'ombre
Tôt le matin
frais étouffé
il fait le tour de son quartier
un tour entier
autour
de sa mort programmée

Marie-Claire Calmus - Ciel Variable - LES ADEX - 2009



TRIOLET D'AUTOMNE

Sur les pentes jaunies gémissent les genêts,
Comme un long désespoir qui couve et se morfond
J'entends le chant du vent qui meurt et qui renait
Sur les pentes jaunies gémissent les genêts

J'entends pleurer le vent et l'écho lui répond
De tous ses olifants de tous les horizons
Sur les pentes jaunies gémissent les genêts
Comme un long désespoir qui couve et se morfond

Alex Chazal  - Poésies en stéphanie - 1997



Cachotteries

Minuit !
La chambre chuchote
                                   son mystère ;                                                       
Et la fange d' l'insomnie
                 Orchestre
La petite musique
Qui tend sa corde dans la nuit...
                 Tu dors ?
Le lit se referme
                                    sur nos corps ;
Et la frange de nos ivresses
                  Plisse
Les draps chauds de caresses,
Empreinte de nos réconforts...
                  La nuit...
Le désir plastronne
                                    la chimère ;
Et l'amour recoud la lumière.
                 Un zeste
de lune dans nos yeux
Brave l'accent de nos baisers...
                  Tu m'aimes ?
Ta peau de réglisse
                                     sous ma main
Tisse des cambrues d'anis.
                  Glisse
Tes reins entre mes cuisses :
Echancrure de mes nuits fauves...
Chut !!! Chut !!! la nuit est cachottière
Et garde ses secrets d'alcove.


Anne chantal Berger - Poésies en Stéphanie -2002

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article