Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poetes incomparables

Archives

Mon âme vers ton front où rêve, ô calme soeur, Un automne jonché de taches de rousseur, Et vers le ciel errant de ton oeil angélique Monte, comme dans un jardin mélancolique, Fidèle, un blanc jet d’eau soupire vers l’Azur ! - Vers l’Azur attendri d’Octobre...

<< < 10 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 > >>