Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poetes incomparables

Archives

Puis qu'ainsi est que je ne vous puis plaire, Ma belle amour, ma dame souveraine, Pour nul travail que mete a vous complaire, Je n'y fais riens fors que perdre ma peine; Ainçois me lairiez mourir, Que daignissiez le mal que j'ay garir. Si ne vueil plus...

Se réveiller à l’aurore Parce que la joie est trop forte, Regarder par le hublot Comme l’eau est verte, Monter sur le pont – Le temps est gris – Enveloppée de fourrures duveteuses, Ecouter le bruit de la machine, Et ne penser à rien, Mais, sachant que...

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>