Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poetes des profondeurs

Archives

Dans la première nuit d'automne J'ai planté quelques songes Nos corps spongieux s'étonnent Il y a ce désir qui ronge J'ai sauté par-dessus la barrière Comme un mouton fripon Qu'y a-t-il derrière ? Donne-moi le ton Celui de la désinvolture N'ayons l'air...

Les couleurs et les heures passent je rebois et je marche la tête en bas je sais que les caniveaux vont à l'océan et je m'en fiche j'aurai dû tomber depuis longtemps et vous qui m'aimez mais qui ne savez rien mes larmes et Paris des tours qui s'envolent...

J'aime la pluie, Les pluies, Quand je croyais ne plus pouvoir pleurer Leurs douces larmes Etaient comme sourires Où je sus à nouveau pleurer Instants doux cependant Entre les cils mouillés Je marchais sous elle, Mêlée de tous les chagrins, Réconciliés...

Trois heur’du mat’ mort tout entier, J’suis moins av’nant qu’unn’piol’hantée ! C’est le comptoir qui m’tient debout J’ai l’air d’une épave en chantier… Nuit embrasée par les deux bouts, Plus d’lignes droites… Plus du tout… Trois heur’du mat’en plein été,...

Pour promettre à la mort Qu’elle restera en vie. Pour promettre à l’amour Qu’il restera envie. Sous les pierres des rus Sous celles des ruisseaux Oeuvrent les portefaix A graver sous la mousse Les mots déclarations De prénoms enlacés. La crue emportera...

la poésie vieillit mal il faudrait jeter sitôt lu et la perdre comme quand tu marches le pas derrière le passé est une invention pour se retourner l'oralité avait cette ambition du demain et du après-demain... la voix est certainement le conduit idéal...

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>