Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par F.Baclet

049.jpgSi vous ne devenez pas comme des chômeurs, vous n'entrerez pas dans le royaume de Dieu.
Non ! Les chômeurs ne se préoccupent pas du lendemain. Ils vivent dans le présent, eux, et c'est là qu'est le Paradis.
Ils sont comme des poètes, ils n'appartiennent à rien et rien ne leur appartient.
Quelques-uns seulement font un peu preuve d'arrogance  avec leurs tentes Quéchua, qu'ils exhibent en bord de Seine.
 Ils sont les Rimbaud du 21 éme siècle, les Baudelaire des Temps Modernes...
Maudits eux aussi ! Les masses leur en veulent de coûter cher et...de profiter.
Et en effet, ils profitent de chaque instant !
j'en vois certains faire la queue aux Assédics, se cachant derrière des Burkas pour ne pas être reconnus ni lapidés une fois dehors. 
Ces prophètes nous enseignent la voie. Nous savons par Jésus que pour un bourgeois il est impossible de rentrer dans le royaume céleste d'Eve et d'Adam.
Eux, ils ont toutes leur chances.

Ne vous plaignez plus ! et entrez dans cette religion, ma foi fort simple, il vous suffit de vous tourner vers les Assedics de votre ville et, une fois par mois de les prier de vous chercher du travail. 3034751687_a6a49130dc.jpg
Le plus difficile étant de leur rester fidèle. Les tentations étant nombreuses. 
Le monde est plongé dans le péché. Si l'on vous propose un soi-disant " petit boulot "  ne l'acceptez pas !
il peut cacher une tentation diabolique. 
Conduire un camion, nettoyer les fesses des vieux peut vous mener à votre perte, Je vous le dis en vérité !

Les chômeurs écrivent de longues lettres où ils parlent d'eux. Avec émotion, ils se livrent à des inconnus,
leurs confiant  leurs secrets.  Comme ce dernier qui dit:
" Mes loisirs ? la pêche au brochet, au leurre à la Suissex numéro trois, les soirs de septembre, quand les vents glacés gèlent nos émois et font frissonner le désir de sa bouche et de ses sept cents dents (au brochet bien sûr ), Essox* O Gardien des Eaux !
Ces maîtres de la poésie font chavirer bien des employeurs, je vous le dis en vérité !
Ils ont perdu la notion des heures comme les amoureux. Souvent ils vivent même la nuit.
Si vous les croisez, observez-les bien, ils sont les bienfaiteurs de l'humanité !
Moi, sur ce,  je file à la pêche.   

Krishnafranckie, Boudry, Suisse

Essox : nom latin du brochet
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Amel 29/03/2010 12:51


Et oui, vive le chomage !! Quand il est indemnisé bien sur...