Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par le CLA

Num-riser0044.jpg
Salut mon Ange

Salut mon Ange tu viens bien tard
tu viens si belle              si tranquille
Pour dévorer mes vérités
pour me faire pisser mon sang d'encre
A faire semblant de m'ignorer...
Tu peux bien cracher dans mes tombes
Tu peux danser sur mes décombres
tu peux cracher dans mes sourires du haut de tes airs supérieurs
...Oui...
j'userai toujours ma salive
au secret de ta bouche close

Salut mon ange tu viens bien tard...
T'es si jolie avec ta gueule à rafler tous mes premiers prix
Regards contrits                  Mines bégueules
Pour m'aliéner à tes messies...
Tu creuses des chausse-trappes
pour me piéger
Pour m'empaler sur tes sourires
Tu creuses des trous dans mes silences
tu fouilles partout dans mes aspirs...
Tu peux m'couronner d'tes menstrues
Quand mon jour d'gloire aura sonné...
...Oui...
Ce sera toujours dans ma bouche
que tu viendras toujours mouiller

Salut mon Ange tu viens bien tard
me secouer le cocotier
amputer mon meilleur costard
Réclamer le sang impayé...
Je te laisse
Mon squelette      à ronger
J'te dédicace mes charentaises
A traîner seule sans mon ombre dans des étages abandonnés

Salut mon Ange tu viens bien tard
Tes messies t'auraient-ils larguée ?
Tu fais trop d'ombres avec tes ailes
sur mes univers éclatés
tu viens sonner dans mes nuits blanches*Brûler ta démence à la mienne
 Tu ris       tu pleures
Tu danses     Tu penches
Tantôt câline et tantôt chienne...
Quand viendras-tu me captiver ?
Cramer ta couleur à ma haine ?
Allumer les constellations
Que je remorque à ma traîne ?

Salut mon Ange tu viens bien tard
Tu viens si belle si tranquille
Pour éclater tous les parfums de tes intimités marines
perler de tendresse océane mon corps jeté dans les ravines
T'es si fragile            un peu moins prude
A m'ouvrir tout entier la douceur
De tes plus hautes certitudes

Salut mon ange il se fait tard
Que notre errance nous soit douce
notre joie plus jamais comptée
...Et rien avant...plus rien après.

           
          
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article