Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Gerard Proton et Henry Merle

LE PIANO DE LA PLAGE

Paroles et Musique: Charles Trenet - 1958
 
Le vieux piano de la plage ne joue qu'en fa qu'en fatigué
Le vieux piano de la plage possède un la qui n'est pas gai
Un si cassé qui se désole
Un mi fané qui le console
Un do brûlé par le grand soleil du mois de juillet
Mais quand il joue pour moi les airs anciens que je préfère
Un frisson d'autrefois
M'emporte alors dans l'atmosphère
D'un grand bonheur dans une petite chambre
Mon joli cœur du mois de septembre
Je pense encore encore à toi
Do mi si la


Le vieux piano de la plage ne joue qu'en sol en solitude.
Le vieux piano de la plage a des clients dont l'habitude
Est de danser samedi dimanche.
Les autres jours seul sur les planches
Devant la mer qui se souvient il rêve sans fin...
C'est alors que je sors tout courbatu
De ma cachette
Et que soudain dehors tremblant, ému,
Devant lui je m'arrête
Et c'est inouï tout ce que je retrouve
Comme cette musique jolie m'éprouve
Me fait du mal me fait du bien
Je n'en sais trop rien


Adieu, adieu piano tu sais combien peuvent être cruelles
Ces notes que tu joues faux mais dans mon cœur ouvrant ses ailes
S'éveille alors la douce rengaine
De mon heureux sort ou de mes peines.
Lorsque tu tapes, tapes, toute la semaine mais le samedi
Quand les jeunesses débarquent
Tu sais alors brigand de la plage
Que ton souvenir les marque
Et qu'un beau soir passé le bel âge
Un autre que moi devant la piste s'arrêtera là et sera triste
En écoutant le cœur battant
L'air de ses vingt ans.

 

 

LE TEMPS DES CERISES - 1942





 

F I D E L E - Paroles et Musique: Charles Trenet - 1971  

Fidèle, fidèle, je suis resté fidèle
A des choses sans importance pour vous
Un soir d'été, le vol d'une hirondelle
Un sourire d'enfant, un rendez-vous
Fidèle, fidèle, je suis resté fidèle
A des riens qui pour moi font un toutcharles_trenet.gif
Un vieux toutou, une boîte d'aquarelle
Le port de La Nouvelle au mois d'août.

Fidèle, fidèle, je suis resté fidèle
A des lieux et des amis très doux :
Un drôle d'Albert et sa soeur en dentelles
Un castillet tout neuf, un Canigou.
Une rue de Béziers, une tante Emilie
Une maman partant pour Budapest
Ma vieille maison avec sa tonnellerie
Et près de la gendarmerie, les express.

Fidèle, fidèle, je suis resté fidèle
Au souvenir d'un soir à Montauban
Candides ardeurs, nos cœurs je me rappelle
S'étaient donnés si jeunes sur un vieux banc
J'étais parti dans la nuit des vacances
Plus léger qu'un elfe au petit jour
Mais à présent à présent quand j'y pense
Je pleure toujours mon premier amour.

Fidèle, fidèle, pourquoi rester fidèle ?
Quand tout change et s'en va sans regret
Quand on est seul debout sur la passerelle
Devant tel ou tel monde qui disparaît
Quand on regarde tous les bateaux qui sombrent
Emportant les choses qu'on espérait
Quand on sait bien que l'on n'est plus qu'une ombre
Fidèle à d'autres ombres à jamais.

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

vivi 29/07/2011 00:27



Je ne suis pas fan de Trenet, mais il faut reconnaître que ces chansons-là sont des MONUMENTS !



harry-l-blackbird et elsapopin 29/07/2011 07:57



Merci c'est vrai que même sans forcement être fan Trenet ne laisse pas indifférent cordialement Elsapopin