Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par P. Thevenin

 

 

 

C’est le premier jour de janvier,

Au gui l’an neuf,

Que bêtement, sans me méfier,

Je tombai veuf,

Je tombai veuf ;

 

En deuil, j’allais à petits pas 

Au gui l’an neuf,

Quand le destin me rattrapa

Sur le Pont Neuf,

Sur le Pont Neuf .

 

Là, sans ambages m’accosta,

Au gui l’an neuf,

Comme on n' dit pas dans le Gotha,

Une autre meuf,

Une autre meuf

 

Lui, me jugeant plutôt nanti,

Au gui l’an neuf,

Me déclara d’un ton gentil

Aimer les veufs,

Aimer les veufs.

 

Devant son manège piteux,

Au gui l’an neuf,

Je lui répliquai : « Va donc te

Fair' cuire un oeuf,

Fair' cuire un oeuf ! »

 

Elle insista, je l’agrippai,

Au gui l’an neuf,

Et la jetai du parapet

Sous le Pont Neuf,

Sous le Pont neuf.

 

Elle en mourut, la chose fit,

Au gui l’an neuf

Sur la populace ravie

Un effet boeuf,

Un effet boeuf.

 

A l'échafaud je fus conduit,

Au gui l’an neuf,

Comm' certains disent aujourd'hui,

Entre deux keufs,

Entre deux keufs.

 

Tout ébahi, à l’heure ultime,

Au gui l’an neuf,

Je vis venir ma légitime

Remise à neuf,

Remise à neuf

 

Car son trépas, en vérité,

Au gui l’an neuf,

C’était juste pour me tester,

C’était du bluff,

C’était du bluff.

 

 Quoiqu’elle n’eût manigancé,

Au gui l’an neuf,

Rien de ce qui s’était passé

Sur le Pont Neuf,

Sur le Pont Neuf,

 

Elle songea, tout compte fait,

Au gui l’an neuf,

Qu’en perdant le veuf elle avait

L’argent du veuf,

L’argent du veuf

 

Et, trouvant à ce matin blême,

Au gui l’an neuf,

Comme on dit dans les HLM,

Un air de teuf,

un air de teuf,

 

A ma mère elle fit gaiement,

Au gui l’an neuf :

«  Votre fiston, belle-maman,

Vraiment quel oeuf,

Vraiment quel oeuf ! »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article