Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par le CLA

 

Assise disparue

Assise disparue
Seins évanouis
Le sommeil t’effleure
Ta paresse veille
Mes lèvres à peine entrouvertes
Palpitent presque immobiles
Mais tes sources secrètes
Me chassent sans cesse
Et je suis hors tombeaux
Hors linceuls
Tandis que flotte l’écume de tes jours
 Tu vagabondes sur des pays de conquête
Comme une fête
Et, vase communiquant,
Ta tige n’en finit pas
De prédire un avenir
En vert pomme
Fruit défendu
Que souvent tu renouvelles
Avec une rose
Qui prend des ailes.

Gabrielle Bonnet - Poésie en Stéphanie - 2005

 

 

 

 

 

Climat

Je voudrais que par chance on me dépose en terre
Entre un pieux poète et un joyeux compère
Arrosé sainement par de vieux compagnons
Venus conjointement rapporter leur guignon.

Et je serais des deux la digne confidente
Des conquêtes de l’un, de l’autre les attentes,encrier.jpg
Sans jamais parjurer, ni faire d’envieux.
Le merle noir d’avril, familier du haut lieu,

Jetterait en passant une plume au poète
Pour rimer le printemps, alors que l’âme inquiète,
Un chant doux et frileux reviendrait sans façon,
Sur la pierre attiédie apaiser ses frissons.

Madeleine Dorelle - Poésie en Stéphanie - 2005

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article