Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par le cla

E C L I P S E  

C'est le vol

  De Noël

Sur un minuit câlin. 

 

C'est le silence

  De la nuit

Nécessaire. 

 

Quand se multiplient

les flocons bleus

 

Quand chantonne l'église

Toute déshabillée 

 

C'est le froid

C'est le frisson

 

Des heures perdues

Dans le grand enclos,

 

Le foisonnement bref

  Des traces mêlées

Le long de la route.

 

Ici ou ailleurs, l'absence n'a pas de limite.

Françoise fournier - Poésie en Stéphanie - 2008

 

 

L'ABSENCE  

L'absence de vie sur nos visages

Comment taire cette offense,

Comprendre l'inexplicable de cette évidence,

Discerner la clé de notre naufrage ?

 

Une tornade inouie a noyé nos sens,

Je suffoque maintenant dans tant d'errances,

Même vos mascarades ne me leurrent pas,

Toute blessure ne se cicatrise pas.

 

Reste cet assourdissant silence,

La violence de cette souffrance

Il est des lumières qui naissent du mystère,

L'amour meurt aussi comme des chimères.

 

Tout ce qui a été et ne sera plus jamais,

Laisserai-je le passé redevenir le passé ?

Pas de question, aucune réponse, plus de dilemme,

Profiterai-je d'une nouvelle étoile indemne ?

 

Je rédigerai mon épitaphe originale aux poètes :

" Sachez que j'ai été ce que vous êtes,

Et que vous serez un jour ce que je suis ! "

Un simple résumé de l'Histoire de Vie !

 

Reste cet assourdissant silence,

La violence de cette ultime évidence :

La vie naît d'un vertueux mystère,

Sa finitude s'éteint comme des chimères ! 

Sébastien Kibler - Poésie en Stéphanie - 2008  

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article