Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par elsapopin

J'ECRIS

 

J'écris, sais-je pourquoi ?  Sais-je pourquoi je rêve

A ce monde si beau qui ne viendra jamais,

Aux poètes d'hier qui l'ont chanté sans trêve

Et que le siècle neuf à tout rompre promet ?

 

J'écris peut-être un peu parce qu'écrire est vivre,

Et qu'au Larousse ouvert flotte le mot " espoir " ;

Parce que le poète est vivant dans son livre,

Comme l'aube au soleil et l'angélus au soir !

 

J'écris, il se pourrait, comme on soigne une rosepaco-Navarro-2_0492.jpg

Qui vous aurait piqué...j'écris comme un éclair

Qui, son poignard jeté, s'évanouit sans cause,

Entre la turbulence et la grâce de l'air.

 

J'écris - fût-ce pour rien - parce qu'aux mots à naître

J'accroche des Noëls pour les enfants perdus

Que le destin oublie, au givre des fenêtres.

Parmi tous les jouets qui leur sont défendus !

 

J'écris - vous aller rire ! - en oubliant l'automne

Et ce diable d'hiver engourdi sur son fil !

Ne plus être en été, mais m'y croire m'étonne :

Mes lilas de décembre ont des teintes d'avril !

 

J'écris - l'anonymat protège des aubaines ! -

Don Quichote inconnu sur la route jeté !

J'écris pour les moulins des plaisirs et des peines

Tournant dans le hasard de la postérité !

 

Edouard Piolet - Poésie en Stéphanie - 2005

Toile : Paco Navarro

  

 

Pour Vous...Poésie amourieuse

 

Pour vous avec effroi - Avec tout mon amour -

Je fis empli d'émoi

Rimer d'humbles bonjours...

Je ne vous dirai pas COMBIEN on a aimé

Si je fus adulé !

Combien je fus AUX NUES porté tout habillé

Combien de doux murmures élogieux à mes pieds :

" Chantre de Dames natures... ( au sommier de l'affiche )

Vos césures sont si pures...de Dieu ! vos hémistiches ! "

 

Grisé par mon succès ( un gallon de whisky )

Entiché vous savez ! de tous vos hémistiches

j'écrivis sur vos seins...

M'essayant à vos reins j'écrivis sur vos miches

je chantais vos césures à ma main si propic ( h ) es

                     Mes lazzi vous saturent ,

                     Culs bénis ! Compagnie !

Mon génome sans gène voués aux gémonies !

Brandissez Durandal ! Pontifiez à l'envi :

" Ce trouvère si foetal " : c'est l'ovaire dans le fruit

Finie la rigonade ! De ses vers si verts fi ! "

 

Si pieds sous l'épitaphe ( immurgé de whisky )

Six pieds sous l'épitaphe je gis je geins vagis

Pour vous...avec pudeur ( dans dyslexiqu'émoi )

Pour de petits bonheurs et pour bien d'autres fois

Pour Vous...avec humour

                     Avec Amour j'écris...

Branl'hissez Durandal !

                   ( Et les poétes aussi )

 

Chritian Kouyoumdjian - Poésie en Stéphanie - 2005

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article