Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Le CLA

 Ombres secrètes

 

 

Tout ce que ses yeux ont pu voir

Amoureusement la respire.

Le crépuscule dans le soir,

Coud, à l'horizon, son sourire.

 

Tout ce que ses mains ont touchéx-201.jpg

Délicatement la caresse.

Son lit, son fauteuil esseulé,

Sentent l'odeur de sa jeunesse.

 

Tout ce que sa voix  a chanté

Fidèlement nous la murmure.

L'écho sur l'espace mouillé,

Est plein de mots de sa lecture.

 

Tout ce que sa lèvre a baisé

Savoureusement l'a gardée.

Objets, jardins, son chien Neslé,

Même les joues de sa poupée.

 

Tout ce que son coeur a aimé

Jalousement la pérennise.

L'aube lui tend l'éternité,

Non ! La mort ne l'a pas toute prise.

 

Anne-Chantal Berger - Poésie en Stéphanie -1998

Photo : F.Baclet

 

 

  • Sur la tombe familiale

( Hic Jacebo cum meis )

 

A l'entrée de ce champ - il paraît qu'on y dort

Sans être pour autant au royaume des morts -

J'ai lu en frontispice la latine mention

Qui nous vient rappeler l'humaine condition.

 

Je voudrais reposer sous cette humble pierre,

Couronnée de pavots avec rampes de lierre,

Symbole du sommeil, marque d'attachement,

Près de tous ces noms gravés de souvenirs récents.

 

ils sont partis un jour, quittant la longue route,

Pour être déposés au domaine du doute :

Sur le marbre est écrit : " Je ne sais, mais j'espère ",

Épitaphe commune à tant de cimetières.

 

 

Près de ses chers parents, ce sera donc un fils

Qui clamera pour vous un chant " De profondis ".

Mais si pour la Toussaint, vous nous portez des fleurs,

Avec pensées émues, ne versez pas de pleurs.

 

Car de tous ces biens qui vous furent transmis,

Reste le plus précieux, simple chaînon de vie.

Et quant aux étrangers, qu'ils passent leur chemin :

Ci-gît dans son caveau...celui qui ne fut rien.

 

Gilbert Puech - Poésie en Stéphanie - 1998

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article