Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Le cla

Le singe

 

Le singe passe entre les machines

lentement

doucement

précautionneusement

Il ne nous voit pas

son regard est fermé

verrouillé

absent

pour nous tous

Il tourne ici

s'arrête là

ajuste ses lunettes

cueille une pièce des ses doigts fins

la soupèse

la repose

sans un mot

sans un geste

sans un regard

pour ceux qui l'on fait jaillir

du bloc dur de métal brut

Il glisse

comme un marbre froid

dans ce bruit de fer

qui nous abat et nous ronge

au plus profond du sang

Il passe

Il glisse

ne voit aucun de nous

son regard est toujours trop loin

ou trop court

ou trop bas

Yeux vides

sans âme

déjà noirs

déjà morts

Il passe

longe les files des machines

attentif et indifférent

c'est comme le malheur en promenade

comme si nous n'existions pas

Il passe

 

Un jour

poings fermés

tous ensemble

nous nous serrerons si fort

face à lui

au tournant d'une machine

qu'il faudra bien qu'il s'arrête

ce sacré putain d'exploiteur

et nous regarde

 

Quitte après

à lui crever les yeux

pour voir...

Poésie en Stéphanie-2011

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article