Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par pierre Thevenin

  Lu dans « Le Monde » du mardi 16 juillet :

« M. Valls, fidèle à ses habitudes, ose tout ».Effectivement, et c'est même à ça qu'on le reconnaît.

 

  Jeudi 18 juillet, sur FRANCE INTER :

gattaz.jpgPierre Gattaz, le nouveau patron du MEDEF et fils d'Yvon, nous ressort l'argument éculé  pour justifier la réforme des retraites : l'espérance de vie augmente, donc il faut travailler plus longtemps. C'est mathématique, a-t-il dit.  

  

 On veut bien mais méditons un petit peu sur  « L'obsolescence programmée », un ouvrage d'un certain Bernard London, un  courtier américain en immobilier, paru en 1932, pendant  l'autre crise (cité par « Le Canard ») :   

      « Dès leur création, je ferais attribuer par le gouvernement une durée de vie aux chaussures, aux maisons et aux machines ainsi qu'à tous les autres produits manufacturés, miniers ou agricoles.

      (...) Une fois le temps imparti expiré, ces choses deviendraient légalement

      « mortes », seraient contrôlées par l'agence fédérale dûment nommée à cette fin et détruites en cas de chômage massif. »

Autrement dit, il faut remplacer les objets produits dans les usines non pas lorsqu'ils sont effectivement usés mais lorsque l'Etat décide qu'ils le sont.

Si un appareil peut durer 10 ans, il faut faire en sorte qu'il ne dépasse pas 4 ans pour relancer la consommation et donc la production. Ca aussi, c'est mathématique. Et c'est un attrape-couillon. On pourrait peut-être fabriquer plus solide et avoir moins besoin du travail des hommes. Ce serait une tout autre conception de l'économie où l'actionnaire ne serait plus roi et ne serait même plus du tout, où l'entreprise   vivrait de ce qu'elle fabrique. Mais on rêve...Même si l'agence dont parle London n'existe pas, la mode et la pub jouent le rôle à merveille.  

      

 Des nouvelles du pitbull : « Le Canard », encore lui, reparle du deal (verbal) qu'il a passé, en 97, avec Dédé la Sardine, alias André Guelfi, un de ses codétenus qui fut quelque temps patron pêcheur, d'où son sobriquet, un type bien connu des lecteurs de l'hebdomadaire paraissant le mercredi.e3251075554389fe91d17a794861d47b-2

Il était question qu'ils partagent tous leurs profits à venir. Ils avaient créé une société  commune anglo-malaisienne, Superior Venture, mais jusqu'ici elle a été alimentée par La seule Sardine (on appelle ça le coup du Crédit Lyonnais). Interrogé par les enquêteurs, le pitbull ne se rappelle  plus s'il était dans le capital. Anosognosie aiguë à la Chirac ? Il faut dire que le Dédé  va sur ses 94 ans et que son espérance de vie n'incite pas  son associé à se montrer coopératif.

 

Tour de France : 100° édition. Un Tour propre, puisqu'on vous le dit. Fromme, premier au sommet du Ventoux, est donc arrivé à Paris avec le maillot jaune. Son compatriote, Tom Simpson, en 67, n'a jamais atteint le sommet du même Ventoux. Que voulez-vous, c'était une autre époque. Les « fortifiants » étaient moins au point.

Il n'empêche, c'est curieux, cet engouement populaire pour une manifestation où l'on voit les coureurs, au mieux, pendant quelques minutes, et la caravane publicitaire pendant plus de deux heures et où désormais on roule pour ainsi dire à dopage découvert.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article