Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par elsapopin

 baby-george-1738213-jpg_1598092.JPGLundi 22 juillet : le 19 – 20 sur FRANCE 3 : Après les sujets nationaux (avec 6 bonnes minutes sur la météo), on en vient enfin à l'international : on voit d'abord l'envoyée spéciale à Londres qui s'efforce de nous faire partager son impatience devant la maternité ; le lendemain, ça y est, habemus bébém, ouf! Et en plus « duos habet et bene pendentes ». Un gosse qui n'a pas à s'inquiéter pour son avenir. A ce propos, permettez-moi une petite parenthèse : Marie-Louise Loubet, en 1904, alors qu'Emile, son président de mari, reçoit le roi d'Angleterre Edouard VII accompagné de son rejeton, forcément futur George V,  demande ingénument :

« Et ce grand garçon, qu'est-ce que vous allez en faire plus tard ? »

La faiblesse du président, disait-on à l'époque, c'est sa femme. Ca a dû inspirer Montebourg en 2007 parlant du pas encore Pépère 1° comme du « seul défaut » de Ségolène. Fin de la parenthèse.

Ensuite, nous annonce la présentatrice du journal,  l'AUTRE  événement à l'étranger : les JMJ.

 Apparemment, il ne se passe plus rien en Syrie ni en Egypte, ni en Bulgarie, ni en Tunisie, ni ailleurs. Tant mieux, on peut bronzer tranquille.

 

 JMJ, justement : Papa François, pour son premier déplacement sur son thCAWKVHBXcontinent d'origine,  a visité une favela (préalablement sécurisée : on veut bien être courageux mais pas téméraire) avant d'aller prêcher sur la plage de Copacabana. En revanche, il n'a pas eu l'air trop troublé par les quelque 110 millions d'euros (dont 40 à la charge du contribuable) que coûte ce cirque des JMJ. Il n'est pas choqué non plus d'avoir confié ( certainement par ignorance mais avant de nommer quelqu'un, on se renseigne ) la responsabilité de l'IOR, Institut pour les Oeuvres de la Religion, la banque vaticane, à Monseigneur Battista Ricca, un prélat qui fut activement  et notoirement homo à Montevideo, en Uruguay, au point de nommer son mec à la nonciature. ( Plus près de toi, mon vieux, plus près de toi... ). Aux dernières nouvelles, Ricca aurait démissionné comme un vulgaire Bourdouleix ( voir ci-dessous ).

Sur la plage, entre autres poncifs, le Pontife a exhorté les jeunes gens : « Cherchez, vous, les premiers, à apporter le bien, à ne pas vous habituer au mal mais à le vaincre ». En somme, comme il l'a fait sous la dictature de Videla?

 

 

 bour.jpg  «  Hitler n'en a peut-être pas tué assez », dixit Gilles Bourdouleix, maire UDI de Cholet en parlant des gens du voyage. C'est injuste pour ce pauvre Adolf qui a fait ce qu'il a pu mais qui a été empêché d'aller au bout de son sacerdoce par les Alliés occidentaux débarquant perfidement en Normandie, par les Soviétiques qui l'ont impitoyablement stoppé à Stalingrad... Nazi, en ce temps-là, ce n'était pas une sinécure. Mais, heureusement,  « Bourdouleix sed Lex » est là pour achever le boulot. « In Borloo veritas »voulait l'exclure de son parti. Mieux vaut tard que jamais car le bonhomme n'en est pas à son premier dérapage contrôlé si l'on en croit « Le Canard » :

« Je suis prêt à prendre un camion de merde pour le déverser au milieu de leur caravane. » (septembre 2010).

« Quand je pense qu'il y a de bonnes âmes comme le pape pour pleurer sur ces gens-là... » Et encore, à l'époque, il ne s'agissait que de Benoît XVI.

D'autres perles de ce type sont à lire sur le site RUE89.

Finalement, « Bourdouleix sed lex » a démissionné, lui aussi.

« In Borloo veritas » avait sans doute  perdu de vue (et d'ouïe) celui qui était vice-président de son UDI. Il ne doit pas avoir une vie sociale très riche puisqu'à l'entendre il n'avait pas de relations non plus avec le pitbull depuis 1987, affirmation catégoriquement démentie par ledit pitbull. D'aucuns prétendent même que, durant le bref laps de temps où  « In Borloo veritas » fut à Bercy (à peine un mois), il aurait lancé la procédure d'arbitrage.

 

  Le PS, quant à lui, est de plus en plus encombré par l'affaire Cahuzac et le refus d'Ayrault d'être entendu par la commission  parlementaire ne va pas arranger les choses. On en reparlera.

 

separateurs,lignes,barres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article