Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par elsapopin

* Dans une lettre, Anders Breivik, le tueur norvégien, se plaint de ses conditions de détention qu'il qualifie d'inhumaines. Qu'on en juge : fouilles au corps quotidiennes! Correspondance censurée ( apparemment pas tant que ça ) ! Cellule sans décoration ( même pas une croix gammée ?) ni panorama ! Café souvent froid ( pas toujours, Dieu merci ! ) Pas assez de beurre pour tartiner son pain ! Menotté pour tout déplacement ( allez donc faire le salut nazi avec ça ) ! A Buchenwald et autres lieux du même genre, il reste quelques cellules qui pourraient reprendre du service et qui lui conviendraient peut-être mieux. On devrait faire circuler une pétition pour qu'il y soit extradé.

Pour sûr, il est des circonstances où on a un peu de mal à s'opposer à la peine capitale.

 

sans-titre.png* D'un extrême à l'autre : Peu après la lettre de Breivik, le 11 novembre dernier, à Ampuis, dans le Rhône, on a « réhabilité « le sous-lieutenant Jean-Julien Chapelant, exécuté en 14 pour désertion après qu'il eut été capturé par les Allemands et que, blessé, il eut tenté de rejoindre les lignes françaises ( c'est lui qui a inspiré Kubrick pour « Les sentiers de la gloire »). 98 ans après, sa « réhabilitation » a consisté à le déclarer « mort pour la France » ( ceci dit, son nom figurait déjà sur le monument ) et ça semble satisfaire ses descendants.

« Lâchement assassiné par des cons ( ceux de l'état-major, pas les poilus qui ont tiré et qui ne pouvaient guère faire autrement) » serait, à mon sens, plus près de la vérité. Et il y en a eu plus de 600 comme lui.

Et puis vous en avez connu, vous, des gens morts pour la France (qu'ils aient été fusillés pour l'exemple ou envoyés au casse-pipe, quelle différence ?) ? Vous en avez connu, des tombés au champ d'honneur ?  D'abord, c'est quoi, l'honneur ? Où est-ce qu'on le trouve ? Dans le bras comme chez Longuet ? Il existe en France des monuments aux morts pacifistes Trop peu. Un ouvrage les recense. On peut se le procurer chez Danielle et Pierre Roy, 31, rue du 11 novembre ( non, ce n'est pas une blague ) 42100 Saint-Etienne.  Un livre qui fera l'objet d'un coup de coeur début 2013.

 

* 11 novembre encore, pour finir sur une note moins sombre : Simple hasard du calendrier : le 11 novembre 2004, Arafat mourait.

Il paraît qu'on va exhumer son corps pour savoir s'il a été empoisonné, alors que chacun sait très bien comment il est mort : hospitalisé à Paris, il a demandé à une infirmière :

« Je suis dans quel hôpital ? Réponse : « Villejuif. » arafat.jpg

Puis : « Quel médecin s'occupe de moi ? » Réponse : « Le professeur Israël ».

Et enfin : « Comment est le temps aujourd'hui ? » Réponse : « Maussade ».

Et il a calenché sur le coup.

Je me dois de signaler que ce petit dialogue n'est pas de moi. Je l'ai entendu de la bouche d'une conteuse et, bien évidemment, ça ne pouvait tomber dans l'oreille d'un sourd.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article