Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Serge Granjon

Auto-tests

 

Le jour où la Guerre des mondes aurait pu frapper Saint-Etienne…

 

Num-riser0073-copie-1.jpgLe mardi 5 octobre 1954, à 20h45, une fulgurance entourée de fumée blanche éclaboussait le ciel au-dessus de la place Dorian. Elle y repartit s’engloutir, après avoir enflé le temps d’une poignée de secondes. Lumineuse comme le ciel constellé ce soir-là, la déclaration d’un témoin garantit le passage d’une soucoupe volante. Le firmament s’en trouvait peuplé, depuis l’année d’avant, où « la Guerre des mondes » avait été adaptée à l’écran…

Illustration de La Guerre des mondes

Les roues pourtant bien sur terre, la Prévention routière se faisait son propre cinéma. A la foire qui s’était juste achevée, un camion équipé d’instruments très fiables enregistrait les réactions au volant. Un film représentait la route et ses dangers sur une récente innovation, l’écran panoramique. Au moment précis où l’obstacle surgissait, un chronoscope gradué en dixièmes de seconde se déclenchait, et mesurait le temps pour passer de l’accélérateur au frein. Chaque automobiliste pouvait de la sorte évaluer ses réflexes, face à l’intensification de la circulation. Si elle avait doublé depuis 1938, le nombre d’accidents n’avait augmenté que de 30 à 35%. Mais mieux valait prévenir que guérir.

4377086856_1a2af9f2f9.jpgLe conseil municipal venait ainsi d’évoquer l’élargissement à 25m de la grand-rue, entre la place Massenet et la place Carnot, et celui de sa partie est, entre Badouillère et Bellevue. Quant au tracé de la rocade reliant la route nationale 82 à la 88, il serait rectifié par le percement, au sud-ouest du Rond-Point, d’un tunnel comme à la Croix-Rousse.

 

« Distraire en éduquant »

 

La Prévention routière appliqua son slogan au concours des vitrines. Il concernait tous les commerces disposant leurs étalages en tableaux suggestifs. Dans les deux sens du terme en bonne place figurait « Etam », lingerie pour dames, au 15 de la rue général-Foy, parmi les lauréats primés début octobre. Le long d’un parcours sinueux jalonné d’enivrants dessous, une banderole mettait en garde : « Sur la route, ne rêvez pas au 7e ciel » ; une façon de dire aux usagers qu’y restait interdit n’importe quel paradis artificiel, en attendant, dans le cas présent, le verdict d’un…libido-test.

 

SERGE GRANJON 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article