Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par elsapopin

Si vous êtes suffisamment patient vous lirez en fin de générique une dédicace des auteurs à Alain Resnais. Rien de surprenant à cela, la distance entre le cinéma d'auteur et le cinéma populaire s'étant réduite considérablement. Que le metteur en scène d' " Hiroshima mon amour " s'intéressât un jour à l'opérette, au théâtre de Bernstein et à " Salut les copains " relevait de l'utopie délirante.

Et pourtant, Resnais, grand connaisseur de BD conciliait ( et réconciliait ) Mandrake le magicien et Alain Robbe-Grillet dans les entretiens qu'il donnait à " Giff WIFF "( magazine célèbre de la bande dessinée aujourd'hui défunt ) !

Reconnaissons que surnagent des années soixante, les tontons, le gendarme, et la marquise des anges.

Beaucoup de cinéphiles égarés dans les couloirs nauséeux du château de Marienbad ont trouvé la sortie grâce à Lautner, Grangier et de La Patellière.

Dans l'adaptation de Gaston Leroux par Podalydes, quelques gags un peu faciles se marient avec la distanciation induite par un train électrique miniature censé conduire les protagonistes au château.

Les personnages surlignent leur côté " cucu ", Sabine Azéma en tête. On s'adresse à des gens qui ont lu le livre dont aucune phrase clé n'est mise à la trappe ( le presbytère conserve son charme et le jardin son éclat ). Si le film manque, lui, d'un peu d'éclat, il a un certain charme.

Les scènes sont introduites par des intertitres jusqu'à la fin qui parodie le Cluedo quand toutes les pièces du puzzle se mettent en place et que Larsan est découvert.Ce classique du meurtre dans une chambre hermétiquement close qui implique brume et noir et blanc se déroule cette fois en plein été dans des paysages verts et ensoleillés. On pense aux aventures de Dick Herisson ( le gag de l'horloge ), aux albums de Floch et Rivière ( qui illustrent les affiches des films de Resnais ).

Notons la distribution : Claude Rich, Pierre Arditi, Michael Lonsdale ( déjà " compromis "  dans "Moonraker ") tous habitués du cinéma et du théâtre " intello " ( on dit " prise de tête "aujourd'hui mais comme le sabir actuel qu'il m'arrive d'adopter me gave (!) je ne l'écris pas ).. Alors,apaisement ou trahison ?....

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article