Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par elsapopin

affiche-Le-Tresor-du-Guatemala-Treasure-of-the-Golden-Condo.jpgDelmer Daves avait plusieurs cordes à son arc quand il décocha " La flèche brisée "et devint un maître du western. Il s'efface quelque peu dans ce " Trésor du Guatemala "( remake en Technicolor du " Chevalier de la Vengeance ") qui est interprété par Cornel Wilde.

Quand nos aînés entraient dans un cinéma de quartier, les jeudis des années 50, il etait impossible d'éviter Cornel Wilde et, lorsque les dimanches après-midi, la télé prit le relais pour la génération suivante, on ne compta plus les films de pirates, les films de cape et d'épée, westerns et polars dont il fut la vedette.

On connaissait moins les films qu'il signa comme metteur en scène : " La proie nue ", " Le sable etait rouge ", " Terre brûlée " ,pourtant originaux et atypiques.


" Le trésor du Guatemala "c'est " le comte de Monte CRISTO " avec un soupçon de " Temple du soleil ".

Benjamin Blake, le palefrenier humilié, rossé et condamné revient couvert d'or pourle-tresor-du-guatemala_48934_5390.jpg étriller outrecuidants, arrogants et lâches, puis, écoeuré par la rapacité décadente, repart, non vers les îles, mais vers la Nouvelle Ecosse créée en plein pays Maya par le sosie du général De Gaulle ( l'acteur anglais Finlay Currie ).

Un grand départ, un envol définitif vers un dépouillement inspiré par le " Walden " d'Henry David Thoreau. On pense aussi aux " Hauts de Hurlevent " mais, ici, Heathcliff ne trouve pas une Catherine Earnshaw à sa hauteur...

Cathy est passée à l'ennemi et ce n'est pas un drame quand une jolie sud-américaine vous attend sur l'autre continent !!

Autour de Blake/Cornel on trouve Raoul Dondel qui a la tête de Leo G.Carroll, le futur patron de l'UNCLE. Partie prenante de la société de son temps, il méprise néanmoins ses pairs et garde un fond de générosité qui l'amène à comprendre et à envier les farfelus intrépidtresor.jpges. Goûtons également le charme mûrissant de Fay Wray qui, jeunette, hurlait dans la main velue de King Kong, et le jeu vénal d'Anne Bancroft en garce parfaite.

Les mayas et les aztèques, incompétents quand il s'agit d'établir un calendrier fiable, sont maîtres dans l'art d'accumuler et de dissimuler des richesses protégées par l'impressionnante statue, soeur jumelle de celle qui cache le " temple du soleil ".

Cette quête du trésor, tournée sur place, fait de Benjamin Blake un autre Edmond Dantès. Loin d'être corniauds, les films de Cornel gardent leur verdeur et leur tonicité...

CINE PHILL

 

 

 

separateurs,lignes,barres,noel,christmas

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article