Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Edouard Piolet

2096  

Deux mil quatre-vingt-seize

Il sera là, l'enfant

Qui brûlera ma chaise

Aux décharges du vent !

 

Comme le siècle passe !

C'était hier pourtant

Que je brassais l'espace

De mon rêve important !

 

C'était une petite fille

Ou garçon me lisant,

Hier cette brindille

Fragile du présent !

 

Il y avait la table

Où le soir finissant

Dictait l'inéluctable

Message de mon sang !

 

C'était l'aube du monde

Vers l'unique levant,

Le tonneau plein, sans bonde,

" L'éternel estivant ! "

 

C'était hier, poète,

Que je t'aimais vraiment,

Un siècle avant la fête,

A mon enterrement !

 

Deux mil quatre-vingt-seize !

Tu seras là, l'enfant,

Qu'importera la chaise !

Qu'importera le vent !

 

Dessus la même table,

Vers le même tourment,

Cherchant l'inéluctable

Tendresse du moment...

 

... Dans l'ultime poème

De ton coeur jaillissant,

Tu m'écriras je t'aime,

Ô mon lointain passant !

 

mars 1996

 

 

barre oiseau

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article