Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par philippe guillaume

dejeuner-herbe.jpgLe bonheur passe-t-il par la paresse, la gourmandise et la chair ?

Oui réponds-je avec Jean RENOIR !

Lié au front populaire, serait-il devenu réactionnaire sur le tard en concoctant ce joli conte philosophique dans la lignée du XVIII ème siècle ?

Ce sont les ridicules de l'époque qui font en fait les frais de l'ironie de l'auteur : l'esprit de sérieux combiné avec l'appât du gain, la foi en la modernité, le chamboulement des valeurs, la perte de contact avec la nature, et déjà l'hygiénisme castrateur.

Renoir devient gentil satyre, Blavette et son bouc, c'est Pan dans dejener.jpgle temple de Diane.. Le bain trop fugitif de l'accorte Catherine Rouvel, largement commenté en référence aux modèles de Renoir père et de Courbet, est mieux qu'un délice. Un manifeste !!

Le vent fripon déclenché par la flûte du berger amène aux rivières et aux joies aristophanesques si bien exprimées par la face de Fernand Sardou et les fesses de Catherine Rouvel, et la pétulante Paulette Dubost, replète et rigolote, prend du confort moderne ce qu'il faut d'objets susceptibles d'améliorer un quotidien harassant en créant de nouvelles formes de convivialité ( le pick-up, la cuisinière.. ).

dej.jpgDeux " délégués " qui n'ont d'existence que par leur fonction viennent récupérer le professeur partisan de la fécondation artificielle égaré dans les forêts de Provence à la poursuite de la belle Nenette qui lui a ouvert les yeux.

Cet éveil ne va jamais sans douleur et grincements de dents mais il vaut indéniablement le coup d'être vécu !!!

Cine-Phill

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article