Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par elsapopin

C'est avec ces poèmes sur le thème de l'Amour Coquin que s'achève ces lundis consacrés au Concours de poésie du Cercle des Lettres et des Arts 2007. Nous espérons que vous avez apprécié ces poèmes très différentes les uns des autres, et passé d'agréables moment à les lire.

L'omelette ou Prudence

Dans la cave de la Marquise,
Ils étaient quatre-vingt chasseurs
A goûter l'aramon qui grise
Et qui stimule les ardeurs.

Soudain, l'un d'eux, par maladresse,
Lutinant une Margotton,
Accroche un fusil qui se dresse
Et le coup part dans le plafond.

A l'office au dessus, Perette
Cassaient les oeufs pour le souper,
Près de sa cuisse rondelette
La balle n'a fait que frôler.

" Mais, ô diable, Marquis, que vois-je ?
Il vous manque aujourd'hui un doigt ?
- La chatte me le prit, de rage,
Alors que je la carressois,

- Nous chasserons l'horrible bête
mais dites-moi, Marquis, Pourquoi
Au souper, dans mon omelette,
Hier au soir, j'ai trouvé...un doigt ? "

Ami, si ta main baladeuse
Va cueillir le mouron au bois,
Dis-toi qu'en frondaison ombreuse
Il ne faut pas risquer le doigt !

Albert M ( Saint-Etienne ) - 1er prix " L'amour Coquin "
__________________________________________________________________________________________________________________

SI J'AVAIS QUARANTE ANS DE MOINS

Quand je te vois rieuse et rose,
regard moqueur et provoquant,
Il me vient à l'esprit des choses
Que je cache pudiquement...

J'aimerai guetter ta surprise
Si j'avais quarante ans de moins,
Lorsqu'en douceur sous ta chemise
Glisserait lentement ma main...

Ainsi qu'on fait aux marguerites
Un peu, beaucoup, passionnément,
J'effeuillerais, mais pas trop vite
Les secrets de ton corps charmant...

Ce serait une friandise,
si j'avais quarante ans de moins,
De goûter comme des cerises
Le bourgeon rose de tes seins...

Et , sans même évoquer la chose
Qu'on ne dit pas, mais qu'on fait,
je penserais : " est-ce que j'ose ?... "
Car sans doute j'hésiterais...

Mais toi, toujours rieuse et rose
Serrant mon front entre tes mains,
Tu dirais paupières mi-close,
" Chéri n'attendons pas demain  ! "

Alors durant nos nuits coquines
Ferions-nous " la bête à deux dos "
Jeu plus exquis, on le devine,
Qu'une partie de dominos...

Ainsi au temps des marguerites,
Un peu, beaucoup,  passionnément
Nous jouerions aux choses non dites,
Qu'on n'ose pas faire à vingt ans...

Tu comprends sans que je le dise
Si j'avais quarante ans de moins,
Que la vie ne serait pas grise
Dans l'herbe tendre du jardin.

Roger P ( Perpignan ) - 2ème prix " L'Amour coquin "



---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article