Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par philippe Guillaume

big.jpgNous aimions le western avant de connaître les auteurs, nous l'aimions sans préjugés, " Les rôdeurs de la plaine ", " Le souffle de la violence ", " la diligence vers l'ouest " et ces " Grands espaces " que nous ne savions pas tant décriés par la critique. Se sont-ils copiés les uns les autres, ceux qui jugeaient le film de Wyler académique, lourdingue , trop " écrit " ? Un " surwestern "? Et pourquoi pas, pour en finir avec les idées reçues ?

Le western lutte des bons contre les méchants ? ALLONS DONC...ici, onbig2.jpg a un mal fou à les départager, tous les personnages ont leurs raisons, même les plus primaires : Peck, Heston, Ives, Connors donnent vie et épaisseur aux archétypes qu'ils sont chargés d'incarner, idem pour les femmes Caroll Baker et Jean Simmons qui nous épargnent les scènes d'amour conventionnelles.

Le " message " des " Grands espaces " ? Il doit être mis fin à l'époque primitive et sauvage pour que l'ordre et la loi s'installent et que la violence ne régisse pas tous les rapports humains.

Il se trouve que ceux qui représentent les paliers successifs à franchirbig3.jpg pour arriver à la civilisation ne sont pas tout d'une pièce comme ce vieux chef de clan, écho du vieux Clanton de " la poursuite infernale ", qui ambitionne de se conduire comme un gentleman alors que le major Terryl, grand propriétaire, est moins guidé par la clairvoyance que par l'instinct de violence et la vengeance.

Le " message " de la mise en scène est aussi évident, les grands espaces ont toujours été là, indifférents aux querelles humaines réduites à un affrontement de fourmis.

Gregory Peck débarque dans ce ranch et semble ne pas vouloir jouer le jeu en feignant la couardise, il apparaît parfois un peu tordu et masochiste dans sa volonté de faire le " pied tendre ". Il dompte le cheval sans témoin et dérouille Heston, la nuit tombée.

On pourrait continuer en évoquant les antagonismes Terryl-Hennessy labig4.jpg sauvagerie domestiquée du premier le sens de l'honneur dissimulée par la grossiereté  du second, Peck-Heston l'homme de l'est habitué des océans et le terrien de l'ouest, la fille gâtée et l'institutrice émancipée, le tout ponctué par une musique jubilatoire dès le beau générique épousant le mouvement d'une roue de diligence dans un vaste espace désertique, Jerome Moross en est l'auteur, j'ai cru longtemps qu'elle était de Dimitri Tiomkin ( OK CORRAL, LE TRAIN SIFFLERA TROIS FOIS ) tant elle est ample, puissante et lyrique.

Si le chef-d'oeuvre n'a pas été reconnu, on incrimine le manque de maturité du jugement esthétique, si au contraire on a crié au miracle on invoque cette même évolution du goût pour diminuer notre enthousiasme.

big5.jpgA l'image des grands espaces restons indifférents à ces querelles...Retrouvons notre regard vierge de préjugés et à cet égard le film de William Wyler gagne haut la main son procès en appel.

CINE PHILL

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article