Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par elsapopin

La " Messe de requiem "  d'Hector Berlioz portait de vastes espoirs. Le amis de l'auteur proclamaient  à tous les échos qu'elle éclipserait le succès des Hugennots , de Meyerbeer, ouvrage qui triomphait alors à l'Opéra.

Lorsqu'en décembre 1837, le Requiem  fut exécuté dans la chapelle des Invalides, l'auditoire était formé par toute les notabilités du monde de la politique, des Lettres et des arts.

Cette cérémonie officielle  permit bien à Berlioz de gagner un peu d'argent dont il avait un pressant besoin, mais en raison de son caractère privé elle ne toucha pas le grand public et elle ne valut pas au compositeur la popularité qu'il espérait en retirer.

Pour conquérir cette affection des foules, il fit représenter l'année suivante son " Benvenuto Cellini ". Cette deuxième épreuve valut à Berlioz une dérision encore plus vive que la première.

Une phrase de Benvenuto Cellini : " ma canne et mon chapeau...J'aurai l'air d'un léopard " suscita dans la salle une folle hilarité et à à la fin de la représentation, le nom de Berlioz était l'objet de la risée générale.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article