Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par harry-l-blackbird et elsapopin

Mais nenni ! Que nenni
 
Il aurait tant aimé chanter coquelicot
Aller à Dame-Jeanne                      vous mener au taureau
sauter du coq à l'âne les pieds dans le terreau
les pieds dans le lisier chanter les écolo
Sur le tas de fumier                   chanter ! COCORICO !   

Il aurait tant aimé...
HISSE HE HO SANTIA A NO !
Chanter le cachalot...Le cotre sous le vent
Vous venez en bateau sur le bel océan...
Du chant de l'équipage faire retentir l'écho
Et du pauvre albatros s'assommant au gréement
Dénombrer les dommages et les désagréments
Qui rendent le roi des mers    sur le pont    pas pimpant

il aurait tant aimé chanter auto moto
Chanter la sanisette
Brosser le camelot...Bac à sable et poussettes vous porcher le poulbot !
De squares assassinés en quartiers en sursis
De squats en déshérence vers les verts paradis
chanter ! Geste et prouesses du taggeur dans la nuit

Il aurait tant aimé...Mais nenni ! que nenni !
I' chante que les filles            I'peint que seins que fesses
I' dénude déshabille           I'trousse même des abbesses

   Alerte ! Ces vers alertes l'ont fort ragaillardi :
C'est l'arbre      sous l'ondée    aux branches reverdies. 

 
Poésie en Stéphanie - 1999     
________________________________________________________

Mille ans déjà
Te souviens-tu encore de ces après-midi
Où nous allions heureux d'être l'un contre l'autre ?
Suivant  par les ruelles un prévost, un bandit,
Une orgueilleuse dame, un gueux ou un apôtre.
Te souviens-tu du vent jouant sous ton habit ?
Te souviens-tu d'un chant qui fut un jour le nôtre ?

Que le monde est petit
que les temps ont changé...
au musée de Cluny
J'aime à me promener.

En ce temps-là déjà, poète méconnu,
l'achat d'une fibule pour faire la nique au vent
Me laissa sur la paille, me jeta à la rue...
Je me souviens de tes yeux, immenses et brillants.
je revis ton sourire, tes lèvres qui remuent.
Te souviens-tu ? Mille ans ? Que nous étions enfants !

Que le monde est petit,
Que les temps ont changé...
Au musée de Cluny
J'aime à me promener.

Des flâneries passées nous restent peu de choses
Si le Duc et sa Dame friment six pieds sous terre,
Ta fibule chérie en vitrine repose
Au musée de Cluny comme en un cimetière.
Au silence des salles on chemise et on cause...
Mille ans ! Te souviens-tu ? un petit courant d'air !
Poésie en Stéphanie - 1999
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article