Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par harry-l-blackbird

Hisoire de Sado  Maso

Maso et Sado                                                                      De l'air de s'en foutre
Sont sur un radeau,                                                               Il passe donc outre
Devinez comment                                                               Quand, le lendemain,
Maso tombe à l'eau :                                                            Il voit sur les eaux
Par l'autre salaud                                                                  Sado et Maso
Poussé violemment.                                                             En venir aux mains.

Un vague badaud,                                                                  Mais soudain, le vent,
Qui voit de Sado                                                                   Sans doute trouvant
Le geste méchant                                                                 Qu'en la circonstance
Pour sauver des eaux                                                            Il serait plus drôle
Le pauvre Maso                                                                   D'inverser les rôles,
Plonge sur-le-champ.                                                          Entre dans la danse.

Indigné, Sado                                                                       D'un souffle il bouscule
Contre le badaud                                                                  Maso qui recule,
Peste abondamment                                                            Heurtant son compère,
Tandis que Maso                                                                  Lequel aussitôt
Au pied d'un roseau                                                              Tombe du bateau
Va se ranimant.                                                                    Et dans l'eau se perd

Bientôt furibond,                                                                 Maso, c'est ingrat
Notre moribond                                                                   Chez le magistrat
Lui aussi proclame                                                               Dénonce presto
Le droit des Maso                                                                Dans cette aventure
A tomber dans l'eau                                                              La désinvolture
Sans que l'on s'alarme.                                                          Du pauvre badaud

Le badaud,  penaud,                                                              Qui, tout étonné,
Reprend son canot,                                                                Se voit condamné
S'éloigne en songeant                                                             Pour une farce dont,
Que la prochaine fois                                                               A la réflexion,
Il laissera, ma foi,                                                                   Il a l'impression
Se noyer les gens.                                                                   D'être le dindon.                                                                                         

                                                                                      -------------------------------------------

Emmeline ou le don de soi


Elle se prénommait Emmeline,                                     " Savez-vous , foi de missionnaire,
Vivait chez Monsieur le baron                                          Que je puis dans ma position
Quoiqu'elle passât pour orpheline,                                  Vous ouvrir sans préliminaires
Les mauvaises langues vous diront                                   A d'étonnantes dévotions ? "
Que s'il la traitait comme sa fille                                     Annonça-t-il d'un ton joyeux
C'était non sans quelque raison :                                 Car il les aimait  ingénues
Les soubrettes sont si gentilles                                Puis, d'un élan pas vraiment pieux,
Et les barons si polissons.                                                 La porta au plus haut des nues.

Rassurez-vous : sous les lambris                                      Comme son visage était radieux
De sa noble et vaste demeure                                            Quand elle recouvra ses esprits,
Emmeline était à l'abri                                          Chantant " Plus prés de toi mon Dieu!",
De ces malveillantes rumeurs,                         Preuve qu'elle n'avait pas tout compris.
D'autant qu'elle avait sur le corps                                  Devant tant de ferveur intacte,
Des connaissances erronées                                             Le Père eut un sourire abscons
Et à trente ans croyait encore                                          Et dit : " J'espère que ce contact
Au petit Jésus spontané.                                                 Aura pour vous été fécond ! "

Il est vrai que son confesseur                                         De fait, passé quelques semaines,
Veillait au choix de ses lectures,                                    Au manoir elle fit sensation
" Pour guider la main de ma soeur                               En arborant un abdomen
Rien ne vaut la cléricature ",                                        De Vierge après l' Annonciation.
Raillait, sacrilège ironie                                                " Nom de Dieu ! ", rugit la baronne
Mais il faut bien se divertir,                                           En bottant le cul du baron,
L'héritier de la baronnie                                                " Est-ce vous qui à la luronne
Qui ne croyait pas si bien dire.                                      Avez donné ventre si rond ? "

Il y eut ce moment crucial                                             C'est là qu'intervint d'Emmeline
Où elle apprit incidemment                                          L'ange gardien, témoin forcé,
Par la gazette paroissiale                                              Narrant de sa voix cristalline
Des Zoulous le sort alarmant                                        Comment la chose s'était passée,
Où, bien au frais dans son manoir,                             Du reste point trop attristé,
Elle lut avec stupéfaction                                             Estimant que sa protégée
Que ces pauvres gens, déjà  noirs                                 Eût aussi bien pu contracter
Souffraient en plus d'inanition.                                    Le mal typique du bas clergé.
                                                                                           
Elle fit, tant la turlupinaient                                        Le petit rejeton tout neuf,
Ces troublantes révélations,                                          Lui, n'eut pas l'occasion de voir
Appeler dés potron-minet                                             Plus loin que le bout de son oeuf,
 Pour  plus amples explications                               De son destin il faut savoir
Quelque Père tout de blanc vêtu :                               Subir les aléas car, si
Il sentait bon, ce vieux coquin,                                  De certaines voies ici-bas
Le sable chaud et , impromptu,                                   Sont pénétrables à merci,
L'entraîna sous un baldaquin                                    Celles du Seigneur ne le sont pas.    

                                               Emmeline dut en tout cas,
                                               Suite à cette mésaventure,
                                               Pour se garder de tout tracas
                                               Lors de ses extases futures,
                                              Chaque jour absorber, docile,
                                              Une pilule, et de songer
                                              A quel point, depuis le concile,
                                             La liturgie avait changé.



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article