Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par elsapopin

L’Histoire avant l’Histoire : la civilisation débute à -12 000 avant JC

Les cités de la proto- histoire

Les toutes premières civilisations

Les preuves de l’existence de ces peuples intelligents qui ont vécu sur notre planète il y a 10 000 ans voire bien plus sont nombreuses. Ils disposaient d’un savoir faire, d’une technologie au moins équivalente à la notre  et ils ont voyagé sur toute la planète. Alors pourquoi les laisser dans l’ombre ? Pourquoi imposer le silence sur leur existence ? La science officielle, l’archéologie académique , ne veut pas remettre en cause ce qu’elle a enseigné voilà des lustres dans les écoles à nos enfants , à nous , à nos parents ;

« l’homme descend du singe, Homo Erectus , Neandertal ,Homo sapiens Cro-Magnon le seul habitant des années -12 000 : c’est un chasseur nomade, cueilleur et artiste…Puis un grand vide de 12000 ans à 3000 an où l’ homme devient agriculteur, puis battit des villes, et des civilisations… l’Egypte, par exemple qui sort du sable de nulle part  !

« La civilisation de l’Égypte antique prend forme autour de -3150 avec l’unification politique de la Haute-Égypte au sud et de la Basse-Égypte au nord sous le règne du premier roi et se développe sur plus de trois millénaires »

Voilà ce qu’on nous a inculqué durant des décennies. La science, les recherches , les découvertes, il est vrai, ont en 50 ans faits des pas de géants ! Quand des chercheurs ont découvert « des anomalies » des vestiges très anciens, on les a fait taire, on s’est moqué d’eux ! Non ! C’étaient des charlatans disait-on, il y a encore vingt ans !

Oui, mais voila ces chercheurs ont été de plus en plus nombreux à explorer les plis du temps, à prospecter et à diffuser le fruit de leur travail. Géologues, scientifiques, astronomes, physiciens , ont mis à jour des civilisations très anciennes qu’aujourd’hui il va être très difficile d’ignorer. Ces scientifiques mettent en déroute la version officielle de l’histoire de l’humanité et prouvent l’existence de civilisations très sophistiquées datant bien avant le déluge supposé (-7500)  et après le déluge comblant ainsi le vide abyssal de l’histoire de l’humanité et remettant en cause tous les » prétendus savoirs « .

Voici notre chronologie de l’Humanité et des antiques civilisations

Les scientifiques admettent enfin qu’il y a eu plusieurs  » déluges  » dans l’histoire de la Terre  et que la Terre a subi bien des « attaques »   (astéroïdes, météorites, volcans ..) et de bouleversements avant notre ère ! 

 

 

2) L’effroyable histoire de la terre 

Oui, la Terre a bel et bien connu un déluge. Et même plusieurs ! Et c’est l’un d’eux, il y a plus de 3 milliards d’années, qui a formé… les océans et la formation de la croûte terrestre. C’est cette écorce rocheuse qui a entraîné le brusque refroidissement de notre planète, en bloquant les échanges de chaleur avec l’extérieur.

La vapeur d’eau contenue dans l’atmosphère se condense et tombe en déluge. En moins d’un millier d’années, des océans se forment. Sous les pressions atmosphériques énormes (de 10 à 300 fois celle que l’on connaît de nos jours), la température de l’eau monte jusqu’à 90 °C à 300 °C.

A) les déluges

Toutes les civilisations des quatre coins de la terre évoquent ce déluge d’eau : la Genèse, les mythologies de l’Inde, de la Chaldée, de la Perse, de la Grèce, les annales de la Chine, les poèmes de l’Edda, les traditions des populations d’origine celtique, font mention d’un déluge, mais on a rencontré chez la plupart des tribus du Nouveau-Monde et chez presque tous les insulaires de la Polynésie le souvenir d’un cataclysme qui aurait anéanti le genre humain, à l’exception d’un petit nombre d’individus. On a voulu, il est vrai, expliquer par autant d’inondations partielles, par des débordements de fleuves et de lacs, des ras de marée de dates diverses, ces antiques traditions. La multiplicité de ces récits, et surtout la ressemblance qu’offrent entre eux les mythes qui s’y rattachent, prouvent cependant qu’il s’agit ici d’une seule et même catastrophe. Le caractère local qu’a revêtu chaque légende ne saurait être opposé à l’unité du déluge…

Quand la science dément le mythe

Mais les relevés géologiques contrarient le mythe : l’eau serait montée progressivement pour former la Mer Noire sans épisode catastrophique, et ce malgré les fantasmes générés par la découverte dans ses eaux en 2001 de vestiges : des poutres sculptées et des outils, datés de 5 000 ans avant notre ère. Les hommes sont passés par là sans pour autant y avoir subi les foudres climatiques. Pour atteindre le niveau actuel de la Mer Noire, il eut fallu 13 000 km3 d’eau ce qui aurait pris 80 ans par les voies célestes, autant dire que tout le monde aurait trouvé le temps de se mettre à l’abri

Plusieurs déluges !

Tout au long des siècles, la pluralité des mythes du déluge a eu la particularité d’avoir donné à repenser continuellement l’histoire de l’humanité. En son temps déjà, Platon affirmait par la bouche de Critias comment les prêtres d’Égypte auraient reproché à Solon d’avoir oublié ses plus anciennes traditions et de ne plus connaître qu’un seul déluge : « D’abord, vous ne faites mémoire que d’un seul cataclysme de la terre, alors qu’il s’en produisit plusieurs auparavant ». Platon exposa alors par l’intermédiaire de Timée, le plus savant des astronomes et le plus  versé dans la science de la nature, quelles avaient été la naissance de l’univers . Dans son Timée, le récit du déluge et des origines de l’humanité était, dès ce temps, considéré non plus comme une fable imaginée (πλασθέντα μῦθον) mais bel et bien comme une histoire véritable (ἀληθινὸν λόγον), un fait historique qui advint à un moment précis de l’histoire des anciens Grecs et qu’il était donc possible de situer dans le temps.

Datation scientifique du déluge

Ce sont les coquillages qui ont permis la datation au carbone 14 de la catastrophe : remontés des sédiments profonds du bassin, à 120 mètres de fond, des fossiles d’animaux d’eau douce – remplacés depuis par des coques et des moules marines – ont été datés entre 7.470 et 7.580 ans avant le présent. Les prélèvements ont montré que l’extinction de ces mollusques avait été provoquée par des boues noires et fétides chargées de sel, créant en profondeur un environnement « euxinique » privé d’oxygène, où ne survivent que des bactéries mangeuses de méthane

Un navire de l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer), ont cartographié les fonds sous-marins et effectué des dizaines de carottages à différentes profondeurs. Ils ont dévoilé les rives noyées du lac disparu, dont les chercheurs ont pu tracer les contours, et confirmé la présence d’une énorme entaille creusée par les trombes d’eau dévastatrices à l’extrémité orientale du fond de la mer Noire.

B) BOMBARDÉE DE COMÈTES d’ ASTÉROÏDES et de météorites

Les astéroïdes dans l’espace et à leur écrasement  sont accompagnés d’explosions sur notre planète. La géologie révèle, aujourd’hui, qu’une météorite énorme tombant en Arizona il y a 50 000 ans produisit une explosion dévastatrice. Le cratère Barringer (1,20 km de large) demeure le témoignage de cette chute. La Terre porte des cicatrices du même type en Arabie saoudite, en Australie et en Afrique ; quant à la Lune, elle en est littéralement criblée.

La Terre, qui a alors entre 100 et 400 millions d’années, reste bombardée de comètes et d’astéroïdes. Or, ceux qui dépassent 5 km de diamètre dégagent, lors de l’impact, une énergie suffisante pour vaporiser tous les océans… avant que l’atmosphère se refroidisse à nouveau, laissant retomber son eau sous la forme d’un nouveau déluge. Les océans se reforment… jusqu’à l’impact suivant.

La disparition des dinosaures qui régnaient sur la planète depuis 250 millions d’années intervint à la suite d’une météorite qui sombra sur la terre

C) Les éruptions volcaniques

L’Atlantide : « l’ ile continent » se serait effondrée dans la mer après une éruption volcanique d’une montagne qui était un volcan

Santorin: cette ile de la méditerranée s’effondre aussis à la suite de l’l’éruption d’un volcan. C’est une éruption parmi les plus puissantes jamais survenues et qui eut lieu, peu ou prou, en 1613 avant notre ère. C’est ce qu’indiquent les dernières estimations mêlant données archéologiques et datation au carbone 14 d’une branche d’olivier découverte dans les résidus volcaniques de l’île de Santorin.

Il faut en effet imaginer l’ampleur de l’événement : d’après les dernières estimations, plus de 100 km3 de matériel volcanique, cendres et roches, auraient été pulvérisés dans l’air et l’eau, ce qui en fait l’une des éruptions les plus puissantes jamais vécues par l’humanité, avec celles en Indonésie du Samalas en 1257 et du Tambora en 1815 de notre ère. « Pour comparaison, le Vésuve n’a éjecté ‘que’ 3 kmde matériel volcanique. Cela signifie que celle de Santorin a impacté énormément de civilisations méditerranéennes, et l’Égypte n’a pas fait exception » , relève Gilles Lericolais.

Rotondité de la Terre oblige, l’éruption du volcan de Santorin n’était pas visible depuis le delta du Nil. « Mais le matériel pulvérisé, lui, a voyagé extrêmement loin !  » précise le géophysicien. Le cataclysme a laissé des traces sur quasi tout le pourtour méditerranéen, comme en témoignent des cendres retrouvées en Turquie, sur la mer Noire, sur l’île de Rhodes et, bien évidemment, dans certains lacs près du Nil. 

D) graves crises écologiques 

La dégradation de l’environnement  a-t-elle entrainé les crises écologiques rendant la vie plus difficile dans certaines régions du globe comme sur l’île de Pâques , au Sahara, en Amérique du Sud ? Réchauffement climatique, sécheresse, steppe  en désert de sable ou de neige….périodes glaciaires,  montée des eaux, la terre  a connu des bouleversements qui ont contraint l’homme soit à émigrer  soit à s’adapter, soit à disparaitre

E) Les cataclysmes et les extinction des espèces

Un grand déluge  en -13 000 ans détruit en partie la planète. L’Amérique du Nord (Etats Unis) a été victime d’un grand cataclysme en-12 000 ans avant Jésus Christ suivi de l’extinction de nombreuses races d’animaux. D’autres régions de la terre ont subi des cataclysmes. En -10 500 le climat se réchauffe de +5 degrés en. Groenland)
 

 

3 ) Les cités civilisations protohistoriques ou antédiluviennes

(de -12 000 ans à 7000 ans date du déluge)

L’Atlantide ‘( -9600 ans avant JC ) article à consulter sur le blog (rubrique civilisation)

Hyperborée (-10 000 ans JC) article à consulter sur le blog (rubrique civilisation)

L’Antarctique ( -12 000 ans avant JC ) article à consulter sur le blog (rubrique civilisation)

12 000 : l’Egypte des pyramides :

 le sphinx daterait de -12 000 avant Jésus Christ d’après les chercheurs géologues, sous son corps il y aurait une immense bibliothèque recueillant des textes des antiques civilisations disparues comme l’Atlantide et l’Hyperborée…

A l’origine ce n’était pas une tête de pharaon qui était sur le sphinx mais une tête de lion  tournée vers Orion. Abimée cette sculpture fut remplacée aux IVème siècle avant Jésus Christ  par le visage du pharaon Khéphren.

 –les pyramides  de Gizeh (le nombre d’or) sont contemporaines du sphinx et auraient servi de  » d’observatoire astronomique ». Plus tard ( 9000 après , ayant survécus au temps et aux déluges ),les pharaons les ont rénovées et s’en sont servi de « tombeaux « .

 

Gobekli Tepe en Turquie 10 000 ans Vestiges de constructions

Les fouilles ont permis de découvrir les vestiges d’une succession de cinq structures rondes en pierres que les archéologues reconnaissent comme étant les restes de 5 tours circulaires (Mazurowski

La troisième structure, désignée sous le nom de tour 0, avait plus de 5  de diamètre et avait des murs d’environ un mètre d’épaisseur, constitués de petits cailloux. Il n’y avait pas de fondations spéciales. Le sol en terre cuite avait été installé sur une litière de petits cailloux. Dans le coin sud-est, il y avait un banc en forme de croissant, construit en pierre et recouvert de boue, devant lequel se trouvait une cheminée.

Le voisinage de la tour contenait un certain nombre de maisons rondes ou ovales, immergées ou hors sol. Des foyers ronds dans des boîtiers en pierre étaient dispersés assez régulièrement dans les espaces ouverts entre les maisons. Des fosses de stockage rondes ont également été découvertes. Une telle fosse, doublée de boue pour se protéger de l’humidité, a été trouvée remplie des restes squelettiques d’un auroch entier, manifestement brûlé là-bas. Les premières occupations, découvertes dans les tranchées les plus au sud, comprenant une fosse profonde et une maison ronde, peuvent être datées du XIIe millénaire  et attribuées à l’épipaléolithique de la région. Au maximum de son développement, le site a pu être occupé par un millier de personnes environ 

Indonésie Gunung Padang : une pyramide à degrés, haute de 110 mètres, utilisant les mêmes éléments de basalte à  30 mètres sous le sol, et date de – 10 000 ans !

Qaramel en Syrie (-10 900 ans avant Jc -9670) le site abrite les constructions les plus anciennes du monde : monticule archéologique, situé dans le nord de l’actuelle Syrie, à 25  au nord d’Alep et à environ 65  au sud des monts Taurus, à proximité de la rivière Qouweiq qui traverse Alep  C’est le site humain le plus ancien à nos jours, identifié.

Le site est situé dans la vallée d’une rivière fertile ayant été une route commerciale importante ; un chemin de fer circule toujours entre le village actuel et le tell, traversant le site néolithique.

Avant le début des fouilles, on supposait que les premiers établissements sédentaires étaient associés aux premières cultures de céréales, et que les premières domestications, comme celles des moutons ou des chèvres, marquaient le début de la période néolithique entre les cultures proto-néolithique et néolithique précéramique. Cependant, les vestiges des structures découvertes à Tell Qaramel s’avèrent être plus anciens, et fournissent les premières preuves d’un peuplement

Le site a révélé une collection extrêmement riche d’utilisation quotidienne de silex, d’os et surtout d’objets en pierre, tels que des récipients décorés en chlorite ou en calcaire ainsi que des moulins, meules, mortiers, pilons, broyeurs, plaques de polissage, bols décoratifs, haches, aiguilles, vases de toilette miniatures, herminette, etc. On a également trouvé une figurine en argile représentant un oiseau, des dispositifs pour lisser les flèches ornés de pierres richement décorés de motifs géométriques, des représentations de serpents et d’êtres humains. 

Parmi les ornements trouvés, une pépite de cuivre poli (52 × 40 × 26 mm) transformée en perle provenant de l’horizon 2, est la plus ancienne pièce en cuivre connue des archéologues. Comme de la malachite (carbonate de cuivre

Bien que Tell Qaramel se trouve à 180  de la Méditerranée, les chercheurs ont découvert sur le site un poulpe, des coquillages et des tortues. Ce qui prouve qu el amer est allée jusque dans cette région il y a 12 000 ans et s’est retirée après « le déluge »

L’inventaire des trouvailles complète l’image déjà formée d’une communauté complexe et riche vivant à l’époque néolithique précéramique sur Tell Qaramel.

Malgré des indices probants, il paraît difficile d’admettre que les Anciens parvinrent, de quelque manière, à connaître l’infiniment petit, mais il existe également des preuves qu’ils connurent l’infiniment grand. Personne ne peut dire comment les peuples de l’Antiquité furent capables d’obtenir leurs informations sans instruments de haute précision qui, apparemment, leur faisaient défaut.

Shamlaba : (Tibet) royaume parfait dissimulé dans l’Himalaya la cité mythique aurait survécu au grand cataclysme climatique et au déluge

 

La Lémurie et l’Ile de Paques en 2013, des géologues ont découvert des preuves de l’existence d’un continent perdu en plein Océan Pacifique, ce qui a eu pour effet de faire resurgir certaines théories au sujet de ce lieu légendaire.es géologues émettent l’hypothèse qu’un continent perdu dans l’océan Indien a bel et bien existé, après avoir découvert des fragments de granit au large de l’Inde, le long d’un étrange relief sous-marin s’étendant sur des centaines de kilomètres en direction de l’île Maurice .Les scientifiques baptisent le continent englouti : » Mauritie »

Les statues de l’île de Pâques ne sont pas le seul mystère de l’île. Il existe également des tablettes de bois couvertes d’une écriture locale, sous forme de signes. Ces tablettes sont désormais détenues par le Vatican, et les signes n’ont toujours pas été décryptés, malgré l’utilisation de puissants programmes informatiques

L’explorateur hollandais Jakob Roggeveen débarqua sur l’île le dimanche de Pâques 1722 (d’où le nom de l’île, qui s’appelle en fait Rapa Nui). Il décrivit les insulaires comme étant de toutes les couleurs («bruns, jaunes, blancs») et affirma qu’ils se distendaient les oreilles avec de grands disques. Roggeveen nota également que certains habitants étaient de très haute taille (deux mètres voire plus), notamment des hommes roux de type caucasien.

Cela est intéressant car les Espagnols qui explorèrent l’empire inca trouvèrent également des hommes au teint clair, aux cranes dolichocéphales, de très haute stature, qui se présentèrent comme les derniers descendants de la race qui précéda les Incas, celle qui aurait édifié Tiahuanaco et les autres sites mégalithiques.

Il faut se rappeler que si les Incas se laissèrent si facilement dominer par les Espagnols, c’est parce qu’ils crurent à l’origine voir en eux le peuple de Viracocha, ce dieu civilisateur légendaire, blanc et barbu, qui serait apparu avec les siens près du lac Titicaca après un déluge et qui serait reparti par les mers.

On trouve sur l’île de Pâques un mur de même type que les murs pré-incas: pierres massives, à l’assemblage complexe, parfaitement ajustées.

Rien ne subsiste du grand continent lémurien si ce n’est les vestiges impressionnants impressionnants de l’ile de Pâques qui fut elle aussi engloutie avec le continent lémurien et sui refit surface à une époque plus récente nous faisant découvrir les vestiges de la grande civilisation disparue…les statues géantes n’ont pas été construites par les Pascuans mais par des hommes de stature géante . Cette civilisation était antérieure aux atlantes qui ont régné sur la terre des milliers d’années avant de disparaître

Le nom de longues oreilles attribuées aux statues fait référence à la sagesse millénaire de se habitants .Au dos des statues géantes i y a des symboles gravés : des boucles, deux personnages stylisés, des ceintures.

On disait que le continent Lumérien était à la place de l’océan pacifique et était une vaste terre quand  l’Amérique du Sud et l’ile de Pâques étaient reliées.. La tradition dit que les Lémuriens les habitants des iles de Pâques de l’Atlantide possédaient des pouvoirs extrasensoriels perdus avec l’effondrement de l’Atlantide. Cette force spirituelle et psychique leur permettaient « de soulever des montagnes » !! Ce continent a disparu à la suite d’éruptions volcaniques catastrophiques (voir rapport des scientifiques).les plongeurs japonais ont trouvé au fond de la mer sous les iles Kyriokui les restes du continent de Mue et l’ile de Yonaguni conservait une partie des vestiges de Lémurie :une pyramide gigantesque une tête humaine colossale .

D’autres structures ont été découvertes dans un périmétrie de 500 kilomètres : des rues pavées entre Yonaguni et Okinawa. On y trouve des rues pavées et des carrefours sous la mer..

Jérico -9000 (la vallée du Jourdain en Palestine). Des archéologues ont découvert les ruines de la Tour de Jéricho datant de 9 000 ans avant Jésus-Christ ! Cela en dit long sur le système d’organisation des populations de l’époque, puisqu’on comprend qu’ils réussissaient à ériger des murs très épais et très hauts comme autant de fortifications pour protéger la ville.

k)Harappa :La civilisation de la vallée de l’Indus, ou civilisation harappéenne, du nom de la ville antique de Harappa, est une civilisation de l’Âge du bronze, dont le territoire s’étendait autour de la vallée du fleuve Indus, dans l’ouest du sous-continent indien 

l)Stonehenge – 8000 ans un observatoire astronomique construit en deux temps , devenu  par la suite lieu de culte et de cérémonie pour les autochtones

Pakistan un des sites les plus anciens datant de

7000 ans :Mehrgarh

 

Conclusion

Le livre des sages

Déjà Treize civilisations répertoriées protohistoriques s’étant développées avant le déluge de – 12 000 ans à -7000 !

Nous sommes convaincus que ce nombre n’est que « temporaire » car d’autres civilisations devraient être « redécouvertes » mettant en cause tout le savoir officiel et académique ! Des questions brulantes  !

Comment se fait il que la planète à des périodes différentes certes, s’est couverte de pyramides ?

Peut -on parler  pour  cette période protohistorique et historique  d’« unité culturelle mondiale  » concernant les connaissances, les savoirs, les réalisations communes  de tous les  peuples  ?

mêmes mythes  : déluges, Dieux  en Amérique duSud en Orient en Chine au Japon en Indonésie en Europe ?

pyramides sur tout le globe : Pérou Mexique, France, Soudan Ethiopie, Egypte, Bulgarie, Indonésie, Chine  Japon orientée face aux étoiles et aux constellations d’Orion , du Lion de la Grande Ourse

-l’astronomie : la science des sciences : mêmes connaissances sur tous  les continents  :  on sait que  la terre est ronde et  on suit la course des étoiles.

Amérique du Sud, Egypte,France, Atlantide,Stonhenge 

En France , une série de cavités sur le rocher, dit des Pierres Folles, à la Filouzière, en Vendée,  ont été identifiées comme des cartes du ciel (-12000)

Les constellations de la Grande Ourse, de la Petite Ourse et des Pléiades sont figurées par des groupements précis de petits trous percés dans le roc  dans des cavernes en Vendée (-12 000 ) 

Les sages de l’Antiquité ne sont pas connus pour avoir possédé des télescopes. Comment découvrirent-ils la parallaxe solaire ?

savoir exceptionnel en  technologique ingénierie  et mathématique (pyramide et nombre  d’or )

Personne ne peut dire comment les peuples de l’Antiquité furent capables d’obtenir leurs informations sans instruments de haute précision qui, apparemment, leur faisaient défaut.

​​​​​​​-art,  architecture, culture , sculpture , statues

même culte des pierres :  Stonehenge, Bretagne Espagne,

expansion simultanée de l’agriculture sur les quatre coins du globe :Asie,Chine,  Japon, Afrique centrale, Amérique centrale, croissant fertile​​​​​​​

-connaissances  médicales inexpliquées: La pénicilline était connue de l’Egypte pharaonique des milliers d’années avant Fleming, et les aborigènes d’Australie pratiquaient la transfusion sanguine depuis les temps préhistoriques. La cocaïne et la nicotine étaient utilisées lors de la momification des pharaons (Ramsés II).Or en Egypte il n’y avait pas  ces plantes ! Qui leur les a rapportées  ou présentées ? 

Réflexions et déductions  !

​​​​​​​Comment est- ce possible qu’en même temps des peuples si différents , distants de milliers de kilomètres qui ne se connaissent pas ,ont pu avoir les mêmes connaissances ,développer les mêmes techniques,  construire les mêmes monuments , croire aux mêmes mythes  adorer les  pierres  enterrer les morts, s’adresser aux étoiles …? 

N’a t- on pas  à faire à une » civilisation antique mondialisée » instruite par les « memes  anciens » : Atlandes ,Hyperboréens , qui , grands   marins et grands explorateurs, auraient  pu parcourir  les mers pour « instruire  » de leurs lumières les « peuples jeunes  »  et ainsi diffuser une même culture universelle pour les « faire avancer »  ?

​​​​​​​Ces hommes venus de la mer, à la peau blanche , grands, et aux cheveux blonds que les indiens d’Amérique du Sud  appelèrent  » Dieux « ,  auraient- ils pu  partager leurs voyages, leurs connaissances avec les peuples  » autochtones » ? Parler par exemple des éléphants, dessiner ce pachydermes si imposants  ?

​​​​​​​(Ce qui expliquerait que les Mayas en ont dessiné sur leurs pierres  sans en avoir jamais vu ! )

Les temps à venir, avec nos chercheurs cartographes géographes historiens , archéologues  informaticiens, astronomes, ingénieurs   mettront fin au scepticisme qui dominent encore quant à  l’existence  de ces civilisations protohistoriques très avancées. Ces civilisations  qui se sont développés dans un passé lointain  : notre roman planétaire que l’on a oublié sciemment  et que beaucoup récusent encore, ne demander qu’à  prendre leur place dans l’histoire des hommes , dans la chronologique du temps !

Mais comme la vague déferlante du savoir, de la connaissance rien ne  pourra  l’arrêter ou l’entraver. La curiosité de l’homme, sa   soif de savoir de comprendre  de  dépasser ses limites et celles de l’impossible, le poussent irrémédiablement   à aller toujours plus loin ..

 

Sources :

 wikipédia- wikimédia-youtube

formation de la terre-astronomie ancienne 

– les civilisations perdues l’Atlantide- textes de Platon  (Critas) 

Les mayas- Les Incas- Les Aztèques bibliothèque

Wikisource-plongée info-Gizehyoutube-BobekliTepe google

les cités perdues-P Butterlin textes cunéiformes-ouest france

le point les vikings -Mysteriam-stok Stonehenge

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article