Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Je me suis dit que vous arriveriez toujours à trouver
de l’eau des fruits des printemps des orages
alors je prends le risque de vous parler de la pluie
des intempéries
des chemins qui s’égarent

et quand le vent s’essouffle
si vous tendez l’oreille, vous entendrez sa voix,
comme une mandoline elle traverse les bois
et puis c’est le silence,
mesurez-en son abondance,

il vous faudra ensuite la lenteur de vos pas
savoir choisir l’instant
dans sa rondeur opaque

et là peut-être
vous délestant de vos pierres
de vos nuits
de vos craintes
de tous ces bruits qui encombrent
et des intempéries
vous pourrez funambule
apprivoiser le fil.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article