Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par elsapopin

Aux détours de Tours, quelques images d'une ville qui fut quelque temps capitale du Royaume mais accueillit aussi le Congrès de Tours. Le congrès de Tours est le 18e congrès national de la Section française de l'Internationale ouvrière (SFIO). Il se tint dans la salle du Manège jouxtant l'ancienne abbaye Saint-Julien de Tours du 25 au 30 décembre 1920. Au cours de ce congrès, fut créée la Section française de l'Internationale communiste ( SFIC, futur Parti communiste français — PCF ). Il a constitué un événement majeur dans l'histoire de la gauche française et a longtemps marqué sa structuration. Tours est aussi ville aussi de franc-maçonnerie, et de compagnonnage. ( Photo musée du compagnonnage )

Bordée par la Loire sauvage et indolente qui devient parfois capricieuse tant est fort l'appel du large, Tours a vu naître Balzac et Courteline mais aussi Patrice Leconte et Léopold Sedar Senghor, immense poète, fut comme moi professeur au lycée Descartes ...Elle a accueilli des rois de France et fut même pour trois jours capitale du royaume lors de la guerre de 1870.

Côté religieux, c'est la ville de Saint-Martin le Miséricordieux, ou encore saint Martin des Champs, un saint sympathique, même si je suis athée, la basilique porte son nom et  dont la crypte abrite le tombeau du saint. L'ancienne église collégiale Saint-Martin de Tours, qui datait essentiellement du XIe siècle, fut désaffectée et transformée en écurie en 1793, puis démolie à la suite de l'effondrement des voûtes en 1797, seules deux tours étant conservées. La basilique actuelle a été construite entre 1886 et 1902 dans le style néo-byzantin par l'architecte Victor Laloux ( inauguration 1890 ). L'édifice a été consacré comme basilique le 4 juillet 1925 et la tour Charlemagne, la tour de l'Horloge et une galerie de cloître ont été classés monuments historiques en 1840.

Fondée sous Auguste ( empire romain ), elle devient avec l'adoption par les Capétiens de la monnaie locale la livre tournois comme monnaie du royaume une ville d'importance. Première ville de l'industrie de la soie,  ( Louis XI ), capitale royale sous les Valois avec ses châteaux de la Loire elle est aussi ville d'art avec l'École de Tours. Capitale de loyauté pour Henri III et Henri IV pendant les guerres de Religion elle fut aussi ville de repli en juin 1940 ce qui lui vaudra d'être en partie détruite.

Surnommée La ville Blanche et Bleue son centre historique est inscrit à l'UNESCO. Ville d'art et d'histoire, Tours concentre un patrimoine vert et un paysage urbain fortement influencé par son espace naturel ( la cité jardin ). Ville historique elle est surnommée le petit Paris et de nombreuses personnalités y sont nées ou y ont vécu ( Balzac, Courteline, Patrice Leconte, Léopold Sedar Senghor...). Même s'il est né à Chinon Rabelais est incontournable à Tours ou tout un quartier porte son nom ( Rabelais-Tonnellé ) tout comme l'Université ( photo )

Ville de 135 787 habitants en 2017, Tours est une ville universitaire qui compte plus de 30000 étudiants ( 12019 )au centre d'une unité urbaine de 353 836 habitants.  

Coté Gastronomie, ses rillettes, ses rillons, ses vignobles, ses fromages AOC Sainte-Maure-de-Touraine et ses nougats vous offrirons de quoi réglez votre palais.

 

Aux alentours de tours

Pour les amoureux de Balzac le château de Saché, sa maison, devenue à ce jour musée consacré à l’écrivain.

Pour ceux de Ronsard,  le prieuré St Cosme, un lieu magnifique, propice à la poésie,  tout près de Tours aussi.

 Christine Chaudet et Elsapopin

Tours, ma ville,  par Christine Chaudet, ( tourangelle de coeur )

Christine Chaudet, les lecteurs( trices ) du blog la connaisse bien puisqu’elle y publie régulièrement ses poèmes et textes. Il y a peu au cours d'une conversation nous avons émis l'idée de parler de Tours simplement en mettant en avant les lieux, les histoires qui ont fait la ville...Christine souhaitant avant tout vous faire et découvrir sa ville de coeur et  les lieux qui lui sont chers au gré de sa fantaisie et de ses envies... Alors ne boudez pas votre plaisir et partez à la découverte d'un ville fascinante et magnifique...

Elsapopin

Tours, je vous raconterai et ma Loire aussi... , Christine Chaudet

Tours (1588-1594)
Paris c'est bien sympa, mais les locaux ne sont pas très accueillants; et ça Henri III l'avait bien compris. Lorsqu'en 1588 il se retrouve tout bonnement et simplement chassé de la ville à l'issue de la Journée des barricades, il décide de planquer toute sa petite famille et son conseil à Tours.

Le pouvoir royal et les ligueurs de Tours (1589-1598)

Pendant les guerres de Religion, les Tourangeaux, souvent présentés de façon caricaturale comme de fervents partisans des rois légitimes, sont en fait profondément divisés. Une part importante de la population soutient la cause des Guises, ce que les autorités locales ont par la suite cherché à occulter. Dès 1584, le parti de l’Union est solidement implanté à Tours, avec à sa tête un fidèle partisan des princes lorrains : le président du siège présidial Gilles Duverger. Par trois fois au cours de l’année 1589, ces « ligueurs de l’intérieur » tentent de prendre le contrôle de la ville. Malgré une sévère répression, l’organisation ne désarme pas : agissant dans la clandestinité à partir de mai 1589, elle reste une menace jusqu’en 1594, voire 1597. C’est ainsi qu’en 1591, le réseau ligueur organise l’évasion du jeune duc de Guise, retenu prisonnier au château de Tours. Régulièrement, les autorités appréhendent des suspects, procèdent à des perquisitions, font traduire en justice des provocateurs, des espions infiltrés et des comploteurs. Grâce à des sources jusqu’ici non exploitées comme les autorisations de réinstallation octroyées par le corps de ville de Tours aux ligueurs repentis et le registre de comptes du fermier des biens des rebelles saisis par le pouvoir royal, il est possible d’identifier les principaux acteurs du mouvement et d’envisager l’étude de ses membres sous l’angle de la prosopographie. Ainsi, les origines sociales, les professions ou fonctions, la situation matrimoniale, les liens de parenté ou de clientèle existant entre les uns et les autres, parfois même le niveau de fortune de ces individus peuvent être mis en lumière : autant d’indications qui permettent de mieux cerner leurs motivations et leur mode opératoire. ( extrait d'article du site  https://journals.openedition.org/abpo/2669 )

Tours ville de la soie 

ville de manufactures de la soie, ensuite détrônée par Lyon, ville de Renaissance, tant à dire sur cette cité, comme une île entre les bras de la Loire et du Cher. A l'Institut d'Etudes supérieures de la Renaissance, des profs du monde entier et étudiants y viennent, je faillis m'y inscrire...

Important carrefour du centre de la France, Tours s’étend paisiblement entre la Loire et le Cher. Cette ancienne cité gallo-romaine est l’un des hauts lieux de l’histoire de France et du christianisme, comme en témoigne sa prestigieuse cathédrale. Berceau de la première Renaissance française, elle porte aujourd’hui les traces de son essor artistique, comme les vestiges du cloître Saint Martin. Ville ouverte, bien placée, vivante, Tours enseigne à profiter de la vie…

L'histoire de la soie à Tours remonte à Louis XI qui décida en 1470 d'implanter la première manufacture royale de soie à Tours. La présence de la cour en Val de Loire et l'utilisation de la soie lors des innombrables fêtes qui y sont données, contribue à son incroyable essor. Un siècle après sa création, la soierie fait travailler près de la moitié de la population. Tours rivalise alors avec les plus grandes villes italiennes.

La concurrence de Lyon, l'éloignement de la cour de Touraine, les guerres de religions, affaibliront cette activité, qui disparaîtra quasiment avec la Révolution. Les années 1830 et la généralisation des métiers Jacquard donneront un nouveau souffle à la soierie Tourangelle. Elle se spécialise dans l'étoffe d'ameublement. En Touraine, les deux dernières entreprises en activité sont Le Manach et Roze. Elles travaillent pour les décorateurs du monde entier offrant un savoir-faire d'exception transmis depuis le XVe siècle.

 

Tours les portes bleues

Tours et ses belles portes bleues qui furent un baume à mes blessures...

Des bleus et des bleus

La gueule fracassée
Les seins violet et le cou bleu
Je me suis relevée
Toute sous ses couleurs
Contre ses murs balancée
Et à hurler,
Un voisin inconnu que jamais je ne pourrai remercier
Une nuit d'un été, mille neuf et cent quatre-vingt dix-huit
Il s'appelait Maillard
Dans l'annuaire des Maillard y en a plein
Deux ans de zonzon, je lui fis sa maison
A Chateaudun
Ici, quelques photos
Que prirent à l'hosto Trousseau
Là de gentils policiers,
Un article dans la Nouvelle République,
Et ce juge d'instruction que je ne peux oublier
Leguévaque, qui a démissionné et s'est mis à écrire,
Maillard si tu es sur le facebook,
Sache que je suis invincible
Tu fus interdit de Tours
Après ton séjour à Chateaudun
Ma merveilleuse avocate est morte
Et je me souviens de ta soeur infirmière qui me soudoya
Pour que je retire ma plainte
Quand les nuits de terreur me réveillaient de tes coups
Dans un petit château où viennent s'abriter les blessés
De l'éducation nationale,
On me soigna, me consola.
J'appris sur toi aussi,
Toi qui quelques années plus tôt
Avait massacré ton épouse.
Toi Paul Maillard,
Bel ange du mal aux yeux bleus
Dingue de moi à me faire crever
Tu ne me feras plus jamais mal.
J'ai franchi  le siècle.
Merci, toi incapable de donner un centime
Sur ce que tu m'infligeas
C'est la première et dernière fois que je m'adresse à toi
Facebook et mes amis liront
Et je me sens un peu mieux
Mais je photographie encore à Tours,
Les portes bleues,
Sourire de mon fils chéri
- Maman , tu portes cachés, tes bleus.

Point final !!! auto-thérapie terminée

Et le fleuriste de la rue Courteline,

...Et le vieux fleuriste était adorable. Il nous a quittés au printemps...son enterrement, très fleuri. ( style  art Nouveau )

Tu vois
le fleuriste de la rue Courteline
il est mort
un cancer généralisé
me dit Gégé
mon ami brocanteur
samedi on ira
aux funérailles
du fleuriste de la rue Courteline
sa boutique Art Nouveau
si belle
à Tours
avec toutes ses fleurs
et souvent je m'en offrais
des fleurs cadeaux pour m'aimer
et puis un peu plus loin
je m'arrêtais devant la vieille maison
la plaque
qui disait
"ici est né Courteline"
Tu vois
j'ai souvent ici mis des photos
du fleuriste Art Déco
de la rue Courteline
Il est mort hier
le fleuriste
gentil
et samedi
j'irai
à ses funérailles
rue Courteline.

L'étoile bleue,

la dernière maison close tourangelle ( fermée en 1946, ouf l'honneur est sauf ). Le bâtiment qui sert de siège à la Jeune Chambre Économique de Tours ouvre grand ses portes et accueille les visiteurs au sein de son ancien bar ou de la chambre du curé... 

L’édifice date du XVe siècle, la décoration est art-deco et l’usage du lieu remonte à 1920. Une maison close très prisée à l'époque par les ouvriers qui venaient y prendre un verre et parfois un peu plus  avec les 8 occupantes de l’établissement géré d'une main de fer par la tenancière du lieu. Les filles nourries, logées et vêtues avaient droit à une visite médicale chaque semaine ( si le sida n'existe pas la syphilis elle fait encore des ravages ).

 

L'Hôtel Gouin, dans le vieux Tours

hôtel particulier du xve siècle il est un des rares vestiges de l'architecture Renaissance de la ville. Classé monument historiques depuis le 7 août 1941. Devenu musée, il abrite aujourd'hui, entre autre, de belles expositions toujours gratuites... A visiter pour son éblouissante architecture, bijou de la renaissance et ses expositions.

 

Ma rue des cerisiers !

Perdue dans ce quartier plein d'artisans et d'artistes  ( dans le vieux Tours )...et fermée pour la nuit ...

Mon quartier de liens en liens

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le bar des trois pucelles,

qui désignaient de petits poissons de Loire, même si l'armurier de la vraie Pucelle, est à Tours. Au coin de ma rue : Lilia, le nouveau café qui a remplacé le bar des trois pucelles fermé depuis des années. Les deux jeunes femmes charmantes ont tout aménagé en couleurs claires

 

La brasserie l'Univers

Un lieu ou j'aime aller prendre un verre... Déco magnifique, puits de lumière et bonne ambiance...

 

 

 

 

 

 

 

 

Le  lycée Descartes ...

où Léopold Sedar Senghor fut professeur de 1935 à 1938 juste après son agrégation.

 

 

 

 

 

 

 

La marche des pavés

Sur les bords de ma Loire que les grandes crues ont adoucis...Promenade poétique garantie... Pavés qui me conduisent à ma Loire... à découvrir vendredi en quinze

 

La France insolite et secrète : Aux détours de Tours,  par Christine Chaudet - ch1
La France insolite et secrète : Aux détours de Tours,  par Christine Chaudet - ch1
La France insolite et secrète : Aux détours de Tours,  par Christine Chaudet - ch1
La France insolite et secrète : Aux détours de Tours,  par Christine Chaudet - ch1
La France insolite et secrète : Aux détours de Tours,  par Christine Chaudet - ch1
La France insolite et secrète : Aux détours de Tours,  par Christine Chaudet - ch1
La France insolite et secrète : Aux détours de Tours,  par Christine Chaudet - ch1
La France insolite et secrète : Aux détours de Tours,  par Christine Chaudet - ch1
La France insolite et secrète : Aux détours de Tours,  par Christine Chaudet - ch1
La France insolite et secrète : Aux détours de Tours,  par Christine Chaudet - ch1
La France insolite et secrète : Aux détours de Tours,  par Christine Chaudet - ch1
La France insolite et secrète : Aux détours de Tours,  par Christine Chaudet - ch1
La France insolite et secrète : Aux détours de Tours,  par Christine Chaudet - ch1
La France insolite et secrète : Aux détours de Tours,  par Christine Chaudet - ch1
La France insolite et secrète : Aux détours de Tours,  par Christine Chaudet - ch1
La France insolite et secrète : Aux détours de Tours,  par Christine Chaudet - ch1
La France insolite et secrète : Aux détours de Tours,  par Christine Chaudet - ch1
La France insolite et secrète : Aux détours de Tours,  par Christine Chaudet - ch1
La France insolite et secrète : Aux détours de Tours,  par Christine Chaudet - ch1
La France insolite et secrète : Aux détours de Tours,  par Christine Chaudet - ch1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article