Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Je t'ai vu t'éteindre

A cause de la folie des hommes

Toi le guerrier du désert,

Tu n'avais peur de rien.

 

Je t'ai vu t'éteindre

A cause des pulsions de l'horreur

Toi, femme gibier de guerre

Des bourreaux de l’innommable.

 

Je t'ai vu t'éteindre

Toi qui n'avais pas la même couleur de peau

Que tes ennemis immondes

Qui se croyaient rois de la nuit.

 

Je t'ai vu t'éteindre,

Toi qui fus roué de coups

Pour avoir aimé un homme

Alors que tu es homme,

Mort d'avoir aimé.

 

Je t'ai vu t'éteindre

Toi mon amie souffrante,

Et pourtant ta guerre,

Tu l'avais gagné.

 

Je t'ai vu t'éteindre 

Toi l'animal massacré

Par des êtres insensibles et vils

Que l'on appelle humains.

 

Quand entendront-ils

Tous ces êtres sourds

Que l'on se fout des différences ?

A fore de tuer

L'amour universel,

Ils finiront seuls

Rabougris, minables et  honteux,

Quand se présentera devant leurs yeux hagards

La mort...si fière de les étouffer dans son grand drap noir.

Photo Julie Ladret

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article