Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Mon très grand mon tout petit

Mon enfant perché

Entre le Très haut et le Trè bas

J'adresse ces mots friables à ton silence de granit

Je vole à la nuit la rondeur de la lune,

qu'elle te berce dans sa lumière ambrée

 

Je me dois de chanter à la surface des heures lentes

De ramener ton âme éperdue

Au centre de ce qui de toi dérive et se dilue

 

Mon tout petit mon très grand

Dans cette nuit glacée où tout paraît hostile

Je n'ai que mes mains trouées à te tendre

L'écorce de mon cœur de silice et de quartz

a volé en éclats acérés dans l'azur assombri

en copeaux dispersés sous un soleil de plomb

 

Reste mon chant de baleine sous l'océan flou

le silence sacré et le psaume très doux

de mon amour inconditionnel de mère

pour bercer ta douleur d'être au monde.

Je te le dis en milliers de mots

en milliers d'abîme

Volcan souriant, peine docile

J'exclame à la pointe  de la cime

je t'aime , Maman

Te amo

J'aime la vie

Malgré son ombre d'erreur

 TRISTAN

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article