Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par elsapopin

Vous vous rappelez qu’il y a environ deux semaines j’avais commencé à écrire au sujet de la question épineuse des relations entre les sangliers et les humains. J’avais listé des reproches des deux côtés, et quelques mots sur certains. Aujourd’hui, pour ce dernier article, il reste à voir :

- on reproche aux sangliers d’apporter la peste porcine : c’était le point numéro 2 dans la liste :

- on reproche aux sangliers d’être prolifiques : c’était le point 5.

- Et je reproche à certains humains de chasser, c’était le point 2 de la liste « humains ».

Les sangliers apportent la peste porcine

Rappelons d’abord que la peste porcine africaine, ou peste porcine classique, n’est pas transmissible à l’homme. Je n’ai pas trouvé d’autres sortes de pestes porcines sur le net.

Elle constitue un terrible danger pour les suidés, et peut provoquer la mort de 100 % d’une population de cochons (dont les cochons d’élevage, qui autrement auraient fini rapidement morts pour être mangés, mais dont la mort hors abattoir contre-indique la consommation ce qui entraîne des pertes financières considérables. Bon, en même temps, personne n’est obligé de manger des animaux, faut quand même bien que je le rappelle.)

Selon Wikipédia, l'ONCFS elle-même a rappelé en 2010 que « la maladie est aussi véhiculée par de la nourriture contaminée apportée par certains gestionnaires de chasse. »

Toujours dans Wikipédia : « 2018 : Curieusement ce foyer est très éloigné des autres situés dans toute la partie orientale de l'Europe, le foyer le plus proche étant situé à plusieurs centaines de kilomètres. Le virus pourrait éventuellement avoir été apporté en Belgique via des aliments à base de porcs ou de sangliers infectés. »

D’ailleurs, d’autres sources signalent que son entrée au moins en France aurait pu être au moins favorisée par l’importation de sangliers depuis les pays de l’Est, notamment à fins de chasse.

Par exemple Le Courrier International, dans « Enquête. Comment la peste porcine africaine est-elle arrivée en Belgique ? » « Des experts alertent pourtant depuis longtemps sur les risques liés à l’importation et au nourrissage de sangliers. » Ou alors ... : “ce sont probablement des déchets laissés par des routiers venus de l’Est qui sont en cause” /.../ “la Pologne nous ferait-elle le coup du sandwich ? Le virus peut rester présent plusieurs mois dans des denrées comme le saucisson”.

( Mangez des pommes ! )

Ce qui n’exclut pas, selon le même article, la possibilité que « des chasseurs fortunés importeraient en toute illégalité des sangliers afin de pouvoir les tirer. »

Eh ben voui ma bonne dame, mon pauv’monsieur, que voulez-vous, voilà la logique humaine : comme on a trop de sangliers chez nous, il faut les chasser. Comme on n’en a pas assez, il faut en importer.

Ils sont très prolifiques.

Comme on n’en a pas assez, il faut en importer. Ou alors les nourrir… C’est l’agrainage, très réglementé en France mais qui ne semble ni interdit ni passé de mode, et favorise les naissances et la survie de marcassins en abondance.

Comme je vous disais, eh ben voui ma bonne dame, mon pauv’monsieur, que voulez-vous, voilà la logique humaine : comme ils se reproduisent trop, on les nourrit l’hiver, comme ça ils feront plus de petits, on pourra dire qu’il y en a trop et donc il faudra bien qu’on régule, nous z’ôtes chasseurs garants de la biodiversité et de l’écologie. Qui aimons tant les animaux, aussi. Bon ben et, faut pas dire, hein. C’est l’occasion. Voir le très bon article de Wikipédia à ce sujet :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Agrainage , qui pointe entre autres : « ...perturbant les équilibres écologique et sylvo-cynégétique . » et « la surpopulation accroît le risque et la rapidité de la diffusion d'épidémies dont d'éventuelles zoonoses. »

zoonose : maladie infectieuse t dont l’agent se transmet naturellement des vertébrés non-humains aux humains et inversement.

Un autre (petit) point : en dehors de l’homme, le sanglier n’a guère de prédateur sous nos climats. On ne voit guère que le loup qui serait de taille à jouer ce rôle. Oui mais voilà : les loups, il n’y en a pas assez pour réguler les populations de sangliers. Sauf qu’il y en a trop quand même, puisque selon le dernier comptage, publié le 25 juin 2018 par l’ONCFS, la France comptait « 430 loups, avec un nombre croissant de zones de présence permanente. Au 1er janvier 2018, la population métropolitaine était estimée à 65 millions d’humains. Ce qui fait un ratio loup sur humain de plus 151 162 humains : on compte cent cinquante et un mille cent-soixante-deux humains pour un loup en France métropolitaine. Bon, il va pas arriver à les manger, c’est sûr. Inversement, le ratio loup par humain résidant en métropole est de 0,000 000 6, si je ne me suis pas trompée dans les zéros, ça en fait un paquet et je suis un peu dyslexique. Même si c’est 0,000 006, dix fois plus, ça reste des miettes de loup si je puis dire. Je ne vais pas encore avoir peur. nente. » On parle « d’expansion rapide » puisqu’il pourrait y avoir 500 loups ( oui, cinq cents, pas cinq mille ni cinquante mille ) en France à l’horizon 2023… Mais il faut bien les tirer, les loups, hein. Euh… en prélever, ça fait mieux. D’ailleurs ils terrifient les brebis et les tuent !

– Comme à l’abattoir alors ?

– Meu non, pas comme à l’abattoir ! À l’abattoir, on privilégie le bien-être animal.

( Mangez des pommes )

Allez, vous allez bientôt être débarrassés de moi pour un moment...

Pendant qu’on y est, tiens, je voudrais dire deux mots, et même un peu plus, sur les rapports des humains avec les loups en France.

Je suis sûre que vous avez repéré que je suis défavorable à l’utilisation des animaux pour servir aux humains, en particulier pour leur servir de nourriture. Ce qui ne m’empêche pas de défendre ce quasi carnivore qu’est le loup ( quasi car, comme beaucoup de carnivores, il a besoin de végétaux. Il les trouve dans le système digestif de ses proies ) Je relève donc que la France a plus de difficultés que d’autres pays ( plus de difficultés... comme d’habitude ? Oh non, quand même pas, voyons ! ) à se débrouiller avec le loup. Le loup est-il donc un ennemi spécifiquement du Français ? Ou bien alors aurions-nous des leçons à prendre d'autres pays ? ( Nous ? Des leçons d’autres pays ? Allons-donc ! Vous rigolez ! On est les meilleurs. Partout, je vous dis. Si. On n’a pas besoin de se remettre en question )

Quoique... certains l'ont fait. Mais qui ? me direz-vous.

Eh bien… Le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine. La Nouvelle Aquitaine n’est pourtant pas, comme la Nouvelle Orléans, de l’autre côté de l’Atlantique, mais bien en France, métropolitaine, même. Elle s'est inspirée d'une expérience menée dans le parc de Yellowstone aux États-Unis. ( Eh ben ! Ils ont regardé chez des pas Français ! ) Bon ben en même temps, c’est pas des nouveautés, hein. Il s’agit de repérer les loups, et s’il y en a dans le coin, d’installer des clôtures ou de s’équiper de chiens Patou pour protéger les élevages. Faut donc pas beaucoup cogiter pour trouver ; d’ailleurs il me semble bien que ces idées ne sont pas neuves... voire même qu’elles ont au moins quelques siècles d’ancienneté, pour ne pas dire quelques millénaires. Mais bon, je ne vais pas cracher dans la soupe.

Toutefois, il semble que ces chiens de protection, ( « à ne pas confondre avec des chiens de conduite de troupeaux’ ", nous précise-t-on ) posent problème à certains randonneurs. Défaut d’éducation des chiens ? Méconnaissance des chiens de la part des randonneurs ? Je ne sais pas, certainement encore des malentendus, rien n'étant simple. A priori et en principe un berger humain devait être dans le coin. Je remarque que les loups, eux, ne posent pas de problème aux randonneurs. Comme le sanglier, le loup sait que l'homme est une espèce dangereuse. Il se planque.

Si problèmes, il est prévu que, « uniquement si cela s’avère nécessaire et que l’État donne son autorisation », il sera permis de « capturer des loups qui poseraient problème à des élevages ». Ces loups « seraient alors équipés de colliers géolocalisables afin qu’ils puissent être suivis par des scientifiques / car il a été constaté / à Yellowstone que, dans la plupart du temps, la capture du loup suffit à ce qu’il ne revienne plus du tout sur le territoire où il était. »

L'histoire ne dit toutefois pas ce qu’il advient du loup ainsi « déplacé »...

Autre question : comment sera estimée l’existence ou non « d’autres solutions » que « les tirs à l’encontre de l’animal », prévus dans ce cas par « le plan loup » ? Au bénéfice du loup ? Cherchera-t-on vraiment une solution non violente ? Je n'en suis pas tout à fait certaine.

Pourtant, Nicolas Thierry, vice-président EELV du conseil régional rappelle : "Si on décide de conserver simplement les espèces qui nous sont utiles, clairement nous allons vers la catastrophe. Et le loup à l’échelle mondiale, ce n’est plus que 200.000 individus à l’état sauvage » Je signale comme une donnée encourageante, que Nicolas Thierry a une double formation, de sociologue et d'historien. Il relève que « nous sommes le seul pays d’Europe ayant déjà connu le loup par le passé, où cet animal a totalement disparu pendant une longue période, rappelle Nicolas Thierry. De 1930 jusqu’au début des années 1990, il n’y avait plus du tout de loup, à la faveur d’une véritable

campagne d’éradication. Cela a eu pour conséquence une perte d’habitude de sa présence, de la part des éleveurs comme de la société en général. »

On peut réapprendre...

Tout au long de ce qui précède, on a passé en revue pas mal de mes reproches aux humains.

Je vais quand même dire un mot du point numéro 2 concernant la question. Ce sera une avant-dernière pour la route : les munitions utilisées par les chasseurs contre les sangliers.

Tapez dans votre moteur de recherche : « munition sanglier » et allez voir les images. Ça fait envie. C’est beau, ça brille, c’est costaud et, selon toute apparence, vulnérant. Pire que le plomb de chasse contre le lièvre, le lapin, les oiseaux, et même contre le chevreuil ; on utilise contre ces animaux des cartouches, avec du plomb. (Le plomb c’est toxique, ça pollue la campagne, mais baste ! Si vous voulez en savoir plus sur cette pollution, voyez par exemple http://www.conservation-nature.fr/article2.php?id=140 : « Chaque année, environ 250 millions de cartouches sont tirées par les chasseurs sur le territoire français. L’immense majorité d’entre elles se retrouvent dispersées dans les milieux naturels, dont près de la moitié dans les zones humides. » ou https://www.30millionsdamis.fr/actualites/article/14557-des-dizaines-de-milliers-de-tonnes-de-plomb-dans-la-nature-le-cadeau-empoisonne-des-chasseur/ :« près de 5 000 tonnes de plomb sont actuellement dispersées dans les zones humides à cause de la chasse, 14 000 tonnes dans les zones non-humides. »

Mangez des pommes. Plantées loin des territoires de chasse. Mais dommage, les territoires de chasse c’est partout. Loupé !

Dans certains domaines privés, organisant des chasses payantes, on peut chasser depuis des miradors, ou en enclos. Genre : l’animal a sa chance, c’est du sport, une passion, vous pouvez pas comprendre, tout ça tout ça. On peut y pratiquer le tir longue distance : plus de 1,5 km. Je ne donne pas de lien, là-dessus. Mais si vous avez envie d’avoir des nausées, vous pouvez chercher.

Dans le Figaro du 23 octobre 2018 : « chaque année les accidents de chasse sont à l'origine d'une dizaine de décès au moins. Sur la saison 2017-2018, 115 victimes impliquées dans 113 accidents ont été identifées par l'ONCFS dont 17 personnes non chasseurs. Parmi ces accidents, 13 ont été mortels dont 3 concernant des personnes non chasseurs. » Mais rassurons-nous, ça a été pire : L'ONCFS note que « ce chiffre est le plus bas observé en 20 ans et en net recul par rapport à la saison précédente lors de laquelle 143 accidents avaient été recensés dont 18 mortels impliquant exclusivement des chasseurs. » (les chiens ne sont pas comptés. Ni les chats. Ni les chevaux dans leurs prés, ni d’autres quadrupèdes. Seulement les humains.)

Alors, la saison 2018-2019 ? On n’a pas encore les chiffres, elle n’est d’ailleurs pas encore finie, cette saison. J’ai essayé de relayer sur FB les accidents que j’apprenais. Vous pouvez aller voir, j’y suis sous mon nom, et en général je poste en mode public. L’accident le plus récent, j’en ai vu passer l’info ce 27 février 2019 : « Il vise un sanglier et touche une voiture avec 3 enfants à bord » : Publié le 26/02/2019 à 22:01 : https://www.ladepeche.fr/2019/02/26/il-vise-un-sanglier-et-touche-une-voiture-avec-3-enfants-a-bord,8038924.php?fbclid=IwAR3ToPHoSooFkyByrEyeEDjvonRu9FGrClRgSNHQhnK4fvqyjMALJGDKJJU

Voilà. Alors, hein, mangez des pommes !

Sarah PIERRE-LOUIS.

Des loins pour aller plus lien : Euh… des liens pour aller plus loin : http://www.leclosduposte.com/les-incidents-et-accidents-chasse-2018-2019-5.php

http://https://www.20minutes.fr/planete/2454743-20190220-limousin-comment-faire-cohabiter-loup-elevages-plein-air

https://www.courrierinternational.com/article/enquete-comment-la-peste-porcine-africaine-est-elle-arrivee-en-belgique https://reporterre.net/Les-friches-derniers-espaces-naturels-de-France-en-voie-de-disparition loup et élevages :

https://www.20minutes.fr/planete/2454743-20190220-limousin-comment-faire-cohabiter-loup-elevages-plein-air

https://www.aspas-nature.org/campagnes/contre-les-derives-de-la-chasse/10-verites-chasse-france/

https://www.randonner-malin.com/cohabitation-entre-randonneurs-et-chasseurs-en-6-questions/

http://indicateurs-biodiversite.naturefrance.fr/fr/questions/1-comment-la-biodiversite-evolue-t-elle-en-france

http://biojardinservices.com/jardinage-bio/parole-de-pro/parole-de-pro-empecher-les-sangliers-de-rentrer-dans-le-jardin.php

http://forum.permaculture.fr/viewtopic.php?f=85&t=13482

https://portail-cloture.ooreka.fr/fiche/voir/251530/planter-une-haie-defensive?fbclid=IwAR0w_buzgXrPaUYy30oTtlifsgoeMGCyAK4u3m3rcH7hy134yraSY0-e9ow

Et celui-ci, ne le loupez pas ! https://blog.defi-ecologique.com/chasse-au-sanglier/

d’où j’extrais : « Est-ce sensé de continuer à réfléchir en termes de tirs et d’activité de loisir ? N’y a-t-il pas d’autres voies scientifiques et techniques à explorer ? Est-ce raisonnable d’abattre massivement des sangliers parce qu’ils abîment des champs de maïs destinés à des élevages intensifs dont nous n’avons nullement besoin pour notre alimentation ? Ne devrait-on pas refonder notre relation au vivant sur la base d’un meilleur respect des animaux, qu’ils soient sauvages ou domestiques ?

Aussi longtemps que les lions n'auront pas d'historiens, les récits tourneront toujours à la gloire du chasseur ! -

Proverbe africain http://bit.ly/2CBPBSq @DEFIEcologique

 

 
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article