Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives



Il y a dans mes jardins
des peurs bleues à trompettes
un serpent pour les fillettes
aux yeux tardifs dans les rocailles
un été de chair
des femelles fêlées
la fonte en jambes des iris bleus
chuchotant de bourdons.

Il y a un cavalier qui se pose sur les ventres
comme une brûlure
on le reçoit par l’étoile rouge de sa bouche
des camélias pendent à ses reins
comme des trophées
mortes eaux peuplées de croix
et de prières.

Il y a aussi
des petits péchés mortels
à la fourrure brune rousse délicieuse
que je piège dans les bois
pour les fleurir en mes jardins.

Marie Murski - "Ailleurs jusqu'à l'aube"

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article