Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par elsapopin

E’ m’incresce di me si duramente,
ch’altrettanto di doglia
mi reca la pietà quanto ’l martiro,
lasso !, però che dolorosamente
sento contro mia voglia
raccoglier l’aire cel sezza’ sospiro
entro ’n quell cor che I belli occhi feriro
quando li aperse Amor con le sue mani

per conducermi al tempo che mi sface.
Oimè, quanto piani,
soavie dolci ver me si levaro,
quand’elli incominciaro
la morte mia, che tanto mi dispiace,
dicendo « Nostro lume porta pace ».

  « Noi darem pace al core, a voi diletto »
diceano a li occhi miei
quei de la bella donna alcuna volta ;
ma poi che sepper di loro intelletto
che per forza di lei
m’era la mente già ben tutta tolta,
con le insegne d’Amor dieder la volta ;
sì che la lor vittoriosa vista
poi non si vide pur une fiata :
ond’è rimasa trista
l’anima mi ache n’attendea conforto,
e ora quasi morto
vede lo core a cui era sposata,
e partir la convene innamorata.

  Innamorata se ne va piangendo
fora di questa vita
la sconsolata, ché la caccia Amore.
Ella si move quinci sì dolendo,
ch’anzi la sua partita
l’ascolta con pietate il suo fattore.
Ristretta s’è entro il mezzo del core
con quella vit ache rimane spenta
solo in quel punto ch’ella si va via ;
e ivi si lamenta
d’Amor, che fuor d’esto mondo la caccia ;
e spessamente abbraccia
li spiriti che piangon tuttavia,
però che perdon la lor compagnia.

  L’imagine di questa donna siede
su ne la mente ancora,
là ’ve la pose quei che fu sua guida ;
e non la pesa del mal ch’ella vede,
anzi vie più lieta par che rida ;
che mai e vie più lieta par che rida ; e alza li occhi micidiali, e grida
sopra colei che piange il suo partire :
« Vanne, misera, fuor, vattene omai ! ».
Questi grida il desire
che mi combatte così como sole,
avvegna che men dole,
però che ’l mio sentire è meno assai
ed è più presso al terminar de’ guai.

  Lo giorno che costei nel mondo venne,
secondo che si trova
nel libro de la mente che vien meno,
la mia persona pargola sostenne
una passion nova,
tal ch’io rimasi di paura pieno ;
ch’a tutte mie virtù fu posto un freno
subitamente, sì ch’io caddi in terra,
per una luce che nel cuor percosse :
e se ’l libro non erra,
lo spirito maggior tremò sì forte,
che parve ben che morte
per lui in questo mondo giunta fosse :
ma or ne incresce a quei che questo mosse.

Quando m’apparve poi la gran biltate
che sì mi fa dolere,
donne gentili a cu’ i’ ho parlato,
quella virtù che ha più nobilitate,
mirando nel piacere,
s’accorse ben che ’lsuo male era nato ;
e conobbe ’l disio ch’era creato
per lo mirare intent ch’ella fece;
sì che piangendo disse a l’altre poi:
« Qui giugnerà, in vece
d’una ch’io vidi, la bella figura,
che già mi fa paura ;
che sarà donna sopra tutte noi,
tosto che fia piacer de li occhi suoi ».

Io ho parlato a voi, giovani donne,
che avete li occhi di bellezze ornati
e la mente d’amor vinta e pensosa,
perché racoomandati
vi sian li detti miei ovinque sono ;
e ’nnanzi a voi perdono
la morte mia a quella bella cosa
che me n’ha colpa e mai non fu pietosa.

Je regrette de moi fort durement
Et autant de douleur
Me donne la pitié que le martyr.
Hélas ! Je sens très douloureusement
Et avec une grande stupeur
L’air s’assembler de ce corps sans soupir
Dont le cœur ont voulu férir
Les beaux yeux qu’Amour ouvrit de ses
mains      
Pour me mener au temps qui me défait.
Hélas ! Combien sereins
Suaves et doux vers moi ils se levèrent
Quand provoquèrent
Cette mort lente qui tant me déplait,
Disant : « Notre lumière porte paix ».

 

« Au cœur la paix, à vous la jouissance »
Disaient les yeux
De cette belle aux miens tout étonnés.
Mais quand ils prirent connaissance
Que c’était par eux
Que mes esprits furent aliénés,
Subitement ils se sont envolés
Avec l’enseigne d’amour, et leur vue
Nul ne la vit plus, quoique fut victorieuse.
Mon âme en fut déçue,
Elle qui attendait un réconfort,
Et voyant comme mort
Ce cœur dont elle était réjouisseuse,
Il lui convint s’en aller amoureuse.

  Amoureuse, elle s’en va en pleurant
Hors de la vie
La désolée qu’Amour de son honneur
Prive. D’où s’avance en se plaignant
De ses envies
Si fort que de pitié émeut le Créateur.
Elle se serre au milieu de son cœur
Avec l’ultime vie qui reste éteinte
Au point qui marque sa propre sortie.
Elle lance sa plainte
Contre Amour, qui hors du monde la chasse
Et fortement embrasse
Tous les esprits, pleurant de nostalgie
Ayant perdu sa douce compagnie.

L’image de la belle femme assoit
Sur mon esprit encore
Là où la mit qui guida sa vie.
Elle ne souffre pas du mal qu’elle voit
Mais ainsi, plus belle or
Que jadis, me paraît qu’elle se rit
En levant ses yeux meurtriers, et crie
Contre celle qui pleure en son partir :
« Vas-t-en, mesquine, vas-t-en à jamais ».
Cela crée mon désir
Qui me combat selon son habitude
Dans mon inquiétude,
Bien que tout mon sentir faiblisse assez,
Car il s’approche de sa fin désormais.

Le jour où dans le monde vint
Si l’on suit la nouvelle
Du livre de l’esprit qui n’a regain,
Ma personne petite alors soutint
Une passion nouvelle
En sorte que je fus de peur si plein
Qu’à toutes mes vertus je mis le frein
Et je tombais subitement à terre
Par un rayon qui mon cœur percuta.
Et, si le livre n’erre,
L’esprit majeur en moi trembla si fort
Qu’il sembla que la mort
Fût au monde pour lui venue déjà.
Bien le regrette Amour qui l’ordonna.

  Quand m’apparut cette belle déesse
Qui me fait tant souffrir,
Dames gentilles auxquelles j’ai parlé,
Cette vertu de plus grande noblesse
Mirant dans le plaisir
S’aperçut bien que le mal était né
Et connut le désir qui fut créé
Quand elle, me mirant, fixa ma face
Et dit en larmes d’un ton anxieux :
« Ici vient à la place
D’une que j’avais vue, une figure
Qui seule la peur procure,
Qui sera dame sur nous en tous lieux
Aussitôt qu’il plaira à ses yeux.

J’ai voulu vous parler, ô jeunes femmes
En qui les yeux sont de beauté ornés,
L’âme aux pensées d’amour toujours éclose,
Pour que recommandés
Vous soient mes dits, partout où je les donne :
Devant vous je pardonne
Ma mort à cette belle et jolie chose
Qui est coupable et à pitié s’oppose.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article