Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

 Toujours sur le thème de l'été, Voici un poème de Verlaine que vous offre Serge Granjon...

Et l’enfant répondit, pâmée

Sous la fourmillante caresse

De sa pantelante maîtresse :

« Je me meurs, ô ma bien-aimée !

« Je me meurs : ta gorge enflammée

Et lourde me soûle et m’oppresse ;

Ta forte chair d’où sort l’ivresse

Est étrangement parfumée ;

« Elle a, ta chair, le charme sombre

Des maturités estivales,

— Elle en a l’ambre, elle en a l’ombre ;

« Ta voix tonne dans les rafales,

Et ta chevelure sanglante

Fuit brusquement dans la nuit lente. »

Toile : Renoir

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article