Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives


 

Il y a longtemps, lorsque le monde était encore jeune, un vieux Sioux du Lakota, dirigeant spirituel de la tribu, eut une vision du haut de la montagne où il se tenait.

Dans sa vision, Iktomi,  le grand   sage, apparut sous la forme d’une araignée. Iktomi s’adressait à lui dans une langue sacrée que seuls les sorciers Lakota pouvaient comprendre. Pendant qu’il parlait , Iktomi l’araignée, prenait un cerceau de saule avec des plumes, de la chevelure d’un cheval et des perles et tout en parlant il se mit à tournoyer et à tisser une toile.

Il parlait des cycles de la vie … et de quelle manière ont commencé nos vies, du nourrisson à l’enfant et de l'enfant à l’âge adulte, puis vers la vieillesse où nous devons être soignés comme des nourrissons, complétant ainsi le cycle.  Mais tandis qu'il continuait de fabriquer sa toile, Iktomi dit :

- Dans la vie, il y a beaucoup de forces – en bien ou en mal. Si vous écoutez les forces du Bien, elles vous dirigeront dans la bonne direction. Mais si vous écoutez les forces négatives, elles vous blesseront et vous dirigeront dans la mauvaise direction. Il y a beaucoup de forces et  de directions différentes qui peuvent aider ou interférer avec l’harmonie de la nature, et aussi avec le Grand Esprit et ses enseignements merveilleux à vous aider pour faire les bons choix.

Et il continuait à tisser sa toile de l’extérieur vers le centre. Quand il eut fini de parler, il donna au Sioux son ouvrage et lui dit…

- Vois, la toile est un cercle parfait mais il y a un trou dans le centre du cercle. Employe la toile pour t'aider ainsi que ton peuple à atteindre vos buts et à faire bon emploi de vos idées, rêves et visions. Si vous croyez dans le Grand Esprit, la toile attrapera vos bonnes idées et les mauvaises seront dirigées dans le trou du néant.

Le sorcier sioux  créa  le même objet qu’il avait vu dans sa vision et le donna à la tribu qui désormais le considéra comme un objet sacré.

Les Sioux et les Indiens en général se servent de  »l’attrape-rêve » comme toile de leur vie . Ils le suspendent au-dessus de leurs lits ou dans leur logement pour purifier rêves et visions. Les forces du Bien de leurs rêves sont capturées dans la toile de vie et de cette façon, ils pourront en profiter … et les forces du mal sont captées et éjectées par le trou dans le centre de la toile . La légende de l'attrape-rêve " dit qu'il détient le Destin de l’avenir et procure protection ".

En application avec les coutumes amérindiennes l'attrape-rêve est employé afin de bénéficier des forces positives. Il  permet de ne pas descendre dans le creux de la vague et de protéger des choses négatives. Les forces du mal étant éjectées dans le trou du Néant.

Dans la culture amérindienne l'attrape-rêves est l’un des objets les plus important. Il est surtout utilisé par les tribus Ojibwas, Sioux, Creek, Zunis, les Tinglits, mais les tribus du sud ( Apache, Cherokee, Natchez, Napochi, Algonquin etc.) et même les Hopis évoquent eux aussi des légendes concernant l’Araignée Femme.

Ainsi l'attrape-rêves servait à filtrer les bons des mauvais rêves. Celui-ci laissait passer à travers les mailles les bons rêves et les songes utiles et emprisonnait dans ses mailles les cauchemars et tout ce qui pouvait perturber le dormeur et lorsque venait le jour Grand Père Soleil détruisait toutes les mauvaises énergies à l’aide de ses rayons.

Selon la culture amérindienne le rêve est le véhicule qui permet l’échange entre les hommes et le grand esprit et l’expression des besoins de l’âme. Il est essentiel de satisfaire les besoins de son âme comme ceux de son corps. Le rêve permet de se libérer et assurer l’équilibre de la vie.

L'attrape-rêves est principalement de forme ronde mais dans certaines tribus comme chez les Iroquois il était en forme de goutte. Le capteur de rêves était tressé d’une toile en fibre d’ortie ou de tendons d’animaux, qu’ils teignaient ensuite en rouge à l’aide d’écorce de prunier sauvage. On note que cette façon de faire concernait la période du début su siècle car de nos jours la méthode de tressage est a bien changé et les matériaux aussi surtout avec l’arrivée des hommes blancs.
Au 20eme siècle, la fibre d’ortie et les tendons d’animal on été remplacés par de la fibre d’autres plantes puis quelques années plus tard par des matériaux synthétiques.

Lors de l’arrivée des hommes blancs les perles de verre sont venues ajouter une touche de couleur, mises sur des lacets de cuir, elles ont d’abord servi de décors. Puis les Amérindiens y ont inséré des plumes pour aider à guider les bons rêves sur le dormeur.

Il n’y a pas eu que l’aspect de l'attrape-rêves qui a changé mais aussi sa signification. Chacun interprète le capteur à sa façon (porte-bonheur, aide à décrire l’avenir etc.). Certaines personnes disent aussi que le capteur de rêves doit être surtout placé devant une fenêtre pour qu’il puisse fonctionner, mais faut bien se rappeler que les Amérindiens n’avaient pas de fenêtre dans leur tepee. Celui-ci doit être placé de façon à avoir les premières lueurs du soleil pour que les mauvais rêves pris au piège soient brûlés. Il ne faut pas oublier que l'attrape-rêves sert de filtre pour empêcher les cauchemars de venir troubler les dormeurs.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article