Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Le CLA/ dix vins blog

Sur mon chemin, ce matin, j'ai rencontré un  tout petit chagrin. Un petit chagrin de rien du tout qui m'a sauté dans l'œil, comme ça , d'un seul coup... Et voilà que ce petit chagrin de rien du tout, sans le faire exprès, est entré dans ma tête, et il a réveillé tous les autres chagrins, les vieux, les gros, les grands, les durs, les mous, même ceux qui dormaient bien cachés, depuis toujours, dans des petits trous bien doux...

Toute la nuit ils ont fait la fête dans ma tête ! Et ça cognait, et ça sautait et ça hurlait, et ça tournait !

Impossible de dormir avec ce grand charivari.

Pour les faire taire, j'ai essayé de les noyer en ouvrant toutes grandes les vannes des larmes !

Et j'ai pleuré, pleuré, pleuré, tellement pleuré, qu'au matin je me suis retrouvée toute desséchée et toute ridée !

Hélas, ils sont résistants ces vilains chagrins ! Et tout le jour, et toute la nuit, je faisais tout à l'envers et tout de travers. Que faire ?

Je suis allée voir mon ami le grand botaniste. Il m'a dit que, sans doute, dans mon petit jardin grand comme un mouchoir de poche, j'avais une vilaine plante à chagrin qui poussait et qu'il faudrait l'arracher, très très vite, cette plante à chagrin, avant qu'elle envahisse aussi la tête de tous mes bons copains.

Dans mon petit jardin, mon petit jardin grand comme un mouchoir de poche, toute la journée je l'ai cherchée, cherchée, cette plante à chagrin. J'ai pioché, pioché, et tout retourné, jusqu'au matin. Mais je ne l'ai pas trouvée, cette plante à chagrin...

Alors, le lendemain, dans mon tout petit jardin grand comme un mouchoir de poche, J'ai planté un tout petit saule...pleureur et je le regarde pousser, pousser, pousser...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article