Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Jc Clair

Toujours avec humour, JP Clair nous parle de l'évolution de notre société de consommation !

 

Autrefois on écoutait les réclames, maintenant c’est la pub que l’on entend. Vous vous êtes endormi en regardant un grand prix de Formule 1 à la télé, toutes ces voitures qui traversent votre écran les unes après les autres avec le doux ronronnement des moteurs, c’est plus efficace que de compter des moutons. Tout à coup, vous êtes réveillé en sursaut par la coupure pub avec ses décibels qui entrent par effraction dans vos pavillons … Là va commencer la formation continue du parfait consommateur. Toutes les marques de produits vont s’inscrire dans votre mémoire, sans cesse réactivée par les piqûres de rappel. Comme tout le monde, sans l’avoir choisi, j’ai appris ma leçon et le nom d’aucun de ces produits ne pourrait m’échapper, tant et si bien que lorsque, faisant mes courses, j’en repère un sur un rayon de magasin, je m’écrie : « Ah non, ne prenons pas celui–là, ils nous gonflent à la télé ! ». On se venge comme on peut.

Certaines stations–service ont été reconverties en points de vente pour le pain industriel. L’ancienne piste permet le stationnement des clients qui peuvent être servis à toute pompe ! Ces établissements sont ouverts 7 jours sur 7, tandis que les boulangers sont tenus à une fermeture hebdomadaire. Comprenne qui pourra.

http://grand-hotel-francais-charme-marais-bastille.com/wp-content/uploads/2011/04/Cafe-Charbon-oberkampf-facade-le-blog-du-grand-hotel-dore-paris.jpgPetit à petit, les bistrots ont fermé leurs portes, ce qui n’a pas, comme le prétendent les bien–pensants, fait diminuer l’alcoolisme pour autant. Malheureusement, la convivialité de ce lieu populaire de rencontre ne s’est pas transportée ailleurs. Un marchand de lunettes occupe parfois l’emplacement d’un ancien café, mais dans cette florissante boutique, on n’a aucune chance de voir le patron vous offrir un verre.

Chaque type de commerce est parfaitement représentatif de son époque, mais on compte parfois des exceptions qui peuvent paraître d’avant–garde par rapport aux mœurs en vigueur à ce moment–là.

Dans les années 50, à Saint–Etienne, rue du Grand Moulin, l’enseigne d’un magasin était surprenante : « A LA FIANCÉE, tout pour l’enfant ».

Pour terminer, voici l’histoire d’un monsieur rencontrant des problèmes financiers et qui sollicitait l’aide d’un ami, symbole de la réussite dans le commerce de la pizza. La réponse du nanti fut sans appel : « J’ai un accord avec les banquiers, je ne prête pas d’argent et eux s’engagent à ne pas vendre de pizzas ».

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article