Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par JP CLAIR

Le maire actuel est le descendant de l’administrateur communal que l’on dénommait au Moyen Age « l’échevin ». Dans certaines communes où les arrosages sont nombreux, on continue de l’appeler « lèche vin ».

Suivant un intervalle de six ans revient la période des élections municipales avec sa campagne électorale et le petit tour aux urnes. L’équipe en place nous explique que les circonstances ne lui ont pas permis de nous donner entièrement satisfaction durant le mandat écoulé, mais que l’avenir permettra à coup sûr d’y parvenir si nous lui accordons à nouveau notre confiance.

Les prétendants d’opposition annoncent des projets grandioses, financés miraculeusement sans augmentation des impôts locaux, laissant même entrevoir une légère baisse.

Tous ces candidats affichent une volonté de se mettre à notre service, et la mesure de leur dévouement se constate au niveau de leur déception s’ils ne sont pas élus. Alors ils se retrouvent perdants, démunis, si pâles…

Le jour du scrutin ne ressemble à aucun autre dimanche de l’année. Les rues, habituellement désertes, se peuplent de silhouettes humaines. Des individus qui communiquent quotidiennement avec des gens du bout du monde par le biais d’Internet se mettent à échanger quelques propos aimables avec des voisins proches qu’ils n’avaient plus abordés depuis des années ! Même sans engager la conversation, on constate le vieillissement des autres en oubliant simplement qu’on a subi des dommages semblables.

Certains renoncent même à prendre leur voiture pour parcourir les 300 mètres qui les séparent du bureau de vote. D’autres sortent le 4 x 4 pour aller voter écologiste.

Le passage dans l’isoloir fait penser à la cabine d’essayage d’un grand magasin. Autre similitude à noter : le choix est difficile mais cette fois-ci on ne peut pas échanger, du moins pas avant six ans. Au magasin, votre préférence se porte sur le vêtement qui vous sied. Dans l’isoloir, vous espérez seulement avec conviction que le candidat que vous n’appréciez pas prendra une veste ! Il ne vous reste plus qu’à glisser votre bulletin dans l’urne en attendant que quelqu’un, à l’annonce de votre identité, s’exclame bruyamment : « A voté », comme si c’était une surprise.

On dit habituellement que les conseilleurs ne sont pas les payeurs, mais à la municipalité ce sont les conseillers qui ne sont pas les payés puisque seuls le maire et les adjoints perçoivent une indemnité. Durant la période précédant le grand jour, notre boîte à lettres reçoit les déclarations d’intention des prétendants. En bons citoyens nous en faisons une lecture attentive, on n’y découvre exclusivement que des êtres exceptionnels qui nous assurent d’intentions mirobolantes à notre égard. Si l’on ne gardait pas au fond de soi un petit brin de lucidité on finirait par les croire.

 

 L’ELU   EST   FAIT   MAIRE - JP clair
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article