Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Le Cla maryse Fevre

To be or not to be covisité

Demeure il faut choisir, passe ou reste

De la vie au trépas, ou du peut-être

Destinée cruelle, s’il en est, éclairez mon ouvrage

Perdre sa beauté à l’usage de l’âge

Suer, porter suppôt de malheur du sort

Qui suis-je ? Qui m’arrête ? Qu’est-ce qu’une mort ?

C’est le début de nos maux, notre unique port

 Après de longs transports c’est un dilemme fort

On en rêve, on n’en dort, mais l’affreux réveil

Doit succéder aux douceurs du sommeil

On nous menace

On dit oui ou non à l’audace

Amore, moment fœtal, effet mère

Le cœur en son sein se fait frigidaire

Qui saurait sans lui apporter gélifié

Des mensonges l’hypocrisie bonifiée ;

Assez ! D’une bonne âme à souffrir en sous-fifre

Qu’elle s’arme contre le flot sévère

Qui monte vers les éclairs

Et de foudre donne les coups

Même l’orgueil se rabroue

S’oppose au désir qui enfle

De lui faire obstacle

A ce corps à la fois piège

Et son gardien de son siège

Certes seul s’y renâcle

Tout ça pour un amour à longue-vue

L’angoisse de la séparation est advenue.

Tertre de solitude du solipsiste

L’enfer des autres, ça existe !

Le lien nécessaire de la mort

Nous convient, nous convie, sans effort.

Aimer ou ne pas aimer la vie est-ce la question ?

Laissons aux fleurs au moins le temps d’une floraison

Et à ce poème un début d’ovation.

Poésie en Stéphanie : cuvée 2015 - Maryse Fevre
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article