Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Remi Doutre

On voit marcher à grand pas

Le Progrès dans Saint-Etienne ;

Amis, nous devons, mordienne !

L’égayer jusqu’au trépas.

Qu’aucun rimeur ne refuse ;

Je veux que Progrès s’amuse ;

Apportons donc notre muse,

Le fruit de notre cerveau,

Secours à la gaudriole,

Secours au chant qui console !

Amis, fondons un Caveau.

 

Un Caveau pour nous unir

Contre les défauts du monde,

Pour chansonner à la ronde

Cafards, cagots, à loisir ;

Le vin, l’amour, la jeunesse,

La pauvreté, la richesse,

L’injustice, la sagesse,

Le mauvais, comme le beau.

Pour défendre en bonne guerre

L’humble ouvrier, notre frère

Amis, fondons un Caveau.

 

Un Caveau pour le rimeur

C’est la joie et l’allégresse ;

Même au sein de la détresse,

C’est l’oubli de son labeur.

Aux amis de la musette

Béranger, le grand poète,

Se fit toujours une fête

De dire un refrain nouveau.

Imitons ce grand modèle ;

Que l’union fraternelle

Fonde chez nous un Caveau.

Saint-Etienne1868

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article