Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par pThevenin

 

  • Un Chinois, He Liangcai, a mis au point une valise qui peut se transformer en scooter électrique. Transmis à Pépère pour quand il la fera, sa valise.

On pense de plus en plus qu'il n'ira pas au bout de son mandat. En fait, il se trouve dans la situation typique d'un prof chahuté. Il n'a  pas su, dès le début, prendre des décisions claires (ce qui n'enlève rien à ses qualités intellectuelles et humaines). Celles qu'il prend sont  plus ou moins improvisées et, généralement, il ne les applique pas. C'est pour cela qu'il se voit de plus en plus méprisé.

Ainsi de la réforme territoriale : une demi-heure avant d'en informer les ministres concernés, il ne savait pas encore à combien de régions il allait réduire le millefeuille!

Ceci dit, les enseignants chahutés peuvent tenir jusqu'à la retraite et même, pour certains, réussir finalement à s'imposer. Mais un quinquennat, c'est bien court. Et diriger 65 millions de citoyens est infiniment plus coton que tenir une classe.

 

Les coups de gueule de Pierre Thévenin
 
  • Samedi 30 mai : LCP : émission « Entre les lignes », déjà diffusée  en septembre 2013 : « débat d'idées » entre Finkielkraut et Chevènement  sur l'identité nationale. Enfin, débat, c'est une façon de parler puisqu'ils étaient d'accord sur tout. Quant aux idées ... 

Le philosophe quasi parkinsonien et néanmoins académicien venait de publier un livre intitulé « L'identité malheureuse ». Et l'on sait à quel point le sujet lui tient à coeur. Il affirme s'être toujours senti des nôtres bien qu'il n'ait été naturalisé qu'en 1950, en même temps que ses parents d'origine polonaise, alors qu'il est né en 49! Précoce, le mec! Entre zéro et un an, il aurait donc bu son biberon comme les autres (coucou, Borloo, et bon rétablissement!)

Quant au Che, qui avait, lui aussi, un bouquin à promouvoir, « 1914 – 2004, l'Europe sortie de l'histoire », il considère que la Grande Guerre est l'événement fondateur de notre identité, un acte de foi des Français en la France. Qui l'eût cru ? « La chanson de Craonne », ne serait   donc qu'un tissu de mensonges : « Tous les camarades sont enterrés là/Pour défendre les biens de ces messieurs-là ». C'est par pure mansuétude que « ces messieurs-là » n'ont pas porté plainte contre X pour diffamation !

 « Fink » (c'est la traduction  de « pinson » dans la langue de Goebbels ; le bonhomme est pourtant loin d'avoir la gaieté légendaire du petit oiseau!)  se montre une fois de plus inquiet : selon lui, une société multiculturelle serait superficielle, violente et agressive. Et il constate que l'injure « Sale Français! » se répand. Accessoirement, il adhére à la citation de Péguy énoncée par l'animateur de l'émission, Frédéric Haziza : « Il faut toujours dire  ce que l'on voit : surtout, il faut toujours, ce qui est le plus difficile, voir ce que l'on voit ».  Plutôt savoureux de la part de quelqu'un qui a tout récemmment pris pour argent comptant les fantasmes de quelque site facho : contrairement à ce qu'on prétend sur Fdesource, Villers-Cotterêts n'a pas plus de boucherie halal que de beurre en broche (coups de gueule du ... 21 avril, ça ne s'invente pas!).

Le Che a inauguré dans sa ville de Belfort une Place colonel Jeanpierre du nom d'un tortionnaire en Algérie, ce qui ne l'empêche pas de présider une Association France – Algérie. Et l'on n'a pas oublié non plus la chasse aux « sauvageons » qu'il mena alors qu'il était ministre de l'Intérieur, entre 1997 et 2000.

On se souvient également des prises de position de « Fink »  en 2005, lors des émeutes de Villiers-le-Bel, suite à la mort de deux jeunes garçons dans un transformateur, troubles largement entretenus par Bismuth qui avait parlé, lui aussi, d'un cambriolage qu'il n'avait pas vu (et pour cause). Pour en finir avec ces « mouvements un peu sociaux », le penseur préconisait de « faire honte » à ces jeunes anti-Français. Dieu merci, il n'a pas mis sa menace à exécution, sinon on se demande comment les pauvres jeunes s'en seraient remis. C'est tout ça, « Pinson », un mélange d'arrogance et de candeur (au cours de l'émission, on l'a vu à plusieurs reprises lever le doigt pour demander la parole) qui serait touchante si ses propos ne faisaient  passer notre petit vizir de Matignon pour un affreux gauchiste.

bonne semaine,fleurs,nature,

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article