Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par cinephill

Pas question de contredire Coursodon et Tavernier, je veux bien reconnaître la crétinerie abyssale de "L'or de Mc Kenna" mais une crétinerie non dénuée de charme.

En fait nous sommes proches des " romans de l'ouest " écrits par Karl May et Gustave Aimard, prolixes romanciers européens, peu au fait de l'histoire américaine mais profondément attirés par les grands espaces et l'aventure au grand air !

Un western mythologique et picaresque avec quête de l'el dorado. La distribution est brillante et sympathique et gaspille avec jubilation le matériel humain .L'écran est progressivement envahi par de vieux amis, on hésite à les reconnaître mais ce sont bien eux : Eli Wallach, Lee J Cobb,Burgess Meredith, Raymond Massey ,Edward GRobinson, n'en jetez plus le saloon est archi plein ! et s'ils sont rassemblés c'est dans le seul but d'être massacrés dans le plan suivant !!

Quelques réjouissants détails insolites aussi ! le vieil Anthony Quayle et son giton blondinet , vilainement taquiné par un méchant mexicain., et vite disparus de l'écran !

Question vedettes, on pardonne à Gregory Peck planté dans un décor rappelant " Duel au soleil "d'être paresseux et peu concerné, Omar Sharif en Mexicain désireux de finir sa vie au premier rang du Moulin rouge, frôle le ridicule sans complexe. Mais on a plaisir à retrouver ces gueules qui nous manquent tant pour apprécier les séries Z contemporaines.

 

Il y a deux femmes, la blonde WASP et l'indienne sensuelle et sauvage. La première plonge habillée dans la rivière où la seconde nage toute nue ( je n'avais pas reconnu la capiteuse Julie Newmar la " cat woman " de la série " Batman ") la hippie contre l'étudiante sage ( nous sommes en 1969 ) Cette étape au cœur d'un paradis terrestre qui ressemble à la cascade d' Allanches vaut son pesant de cacahuètes.

Certains plans " subjectifs " de descente endiablée sont des plus réussis ..

Dans le canyon au moment où chute la sculpturale squaw, j'ai eu le vertige. En revanche, l'utilisation des maquettes est trop visible. On se demande d'ailleurs pourquoi tout ce paysage s'écroule, ne manquent que les extra-terrestres, mais c'est plaisant et point ennuyeux, les vieux copains s'amusent et nous mêmement.

C'est les vacances!!!

CINE PHILL

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article